Editorial de Jean-Yves Leconte

Publié le par FrançaisduMonde.adfe.conesud

Nous reproduisons l'éditorial de la lettre d'information d'août-septembre 2021 de  Jean-Yves Leconte, sénateur des Français établis hors de France. M.Leconte fait le point sur la vaccination et l'accès au passe sanitaire, de l'aide Covid, des élections consulaires qui se sont déroulées en juin ainsi que du rôle, fondamental, que jouent les conseillers représentant les Français de l'étranger, premier échelon des élus au plus près de leurs compatriotes.

La session parlementaire 2020-2021 s’est clôturée avec le vote élargissant l’usage du passe sanitaire et la durée de l’usage de celui-ci. Nous étions alors dans l’attente de la mise en place des annonces du gouvernement sur la transposition des certificats de vaccination étrangers... La cellule du quai d’Orsay s’est alors mise en place au début août et a progressivement délivré ces précieux QR codes.
 
Sur ces questions comme la vaccination, le fonctionnement des aides Covid ou tout autre sujet, le gouvernement semble depuis maintenant plus de 6 mois refuser toute concertation avec d’autres élus que ceux de sa majorité. Aucune ? Non. Ainsi le 9 septembre, nous étions réunis en visioconférence au sujet de la tenue des élections partielles sur les circonscriptions de Tananarive, Delhi et Pondichéry. Repoussées pour des raisons sanitaires, le gouvernement venait de s’apercevoir qu’il ne s’était pas donné les moyens de tenir ces élections partielles en respectant la loi ! Il avait donc besoin de complices…
 
Deux mois après le vote de la loi, près d’un mois après les annonces en Conseil de Défense, le gouvernent n’a pas mis en œuvre l’ensemble des mesures annoncées. Que dire, par exemple, de l’annonce du ministre de la Santé le 26 août 2021, relayée immédiatement par tweet par Jean-Baptiste Lemoyne ? Cette annonce confirmant la possibilité d’obtenir un passe sanitaire si vous avez reçu une dose de sérum ARN-m, après avoir été vacciné deux fois par des vaccins non reconnus par l’Agence Européenne du Médicament dans votre pays de résidence. Mais gouverner n’est pas tweeter et cette annonce n’est toujours pas mise en œuvre par la cellule du Quai d’Orsay plus de trois semaines après la décision !!! Quel intérêt d’utiliser un Conseil de Défense, si ses décisions mettent ensuite plus de trois semaines à infuser dans l’administration ? On frémit si nous étions en guerre…
 
Et que dire de la recommandation de la Haute Autorité de Santé sur le besoin d’une dose ARN-m après une vaccination unidose Janssen ? Ce sérum a été le plus utilisé auprès de nos communautés françaises à l'étranger. Sera-t-il suivi d’une nouvelle dose ? Et que faire pour les moins de 18 ans ? L’absence de concertation du gouvernement nous empêche d’être fixé sur ces questions. Seuls, peut-être, les élus de la majorité sont-ils informés ? Car envers eux, tout comme pour soutenir les candidats « En Marche », les ministres sont mobilisés. L’esprit républicain, lui, s’est évaporé.
 
Après une élection consulaire qui a vu l’usage du vote par internet devenir très majoritaire auprès des Français vivant hors de France, une élection sénatoriale en fin de semaine, des élections en Inde et à Madagascar, puis le renouvellement de l’AFE, les instances représentatives des Français de l’étranger seront profondément renouvelées. C’est par l’élection de femmes et d’hommes de terrain qu’elles pourront conserver, multiplier leur efficacité, s’adapter aux besoins et faire prendre en compte nos préoccupations par l’exécutif. Face à un gouvernement peu enclin à mener des concertations et à rechercher les observations de terrain, j’espère que des personnes déjà imprégnées au quotidien de nos préoccupations et prêtes à exprimer leur avis sans concession viendront nous rejoindre dans notre action lors des prochaines échéances. Nous avons de nombreux combats à mener. Celui de l’accès à l’enseignement français et aux moyens assurant sa qualité. Celui de l’accès à l’assurance maladie, en particulier pour les pensionnés français, singulièrement touchés par les décisions prises en 2018-2019 par le gouvernement et l’Assemblée nationale, portant une exigence de 15 ans de cotisation en France pour conserver une assurance maladie lorsqu’on est retraité français à l’étranger. Des milliers de Françaises et de Français sont actuellement sortis du système, parfois au mépris des conventions sociales bilatérales signées entre la France et leur pays de résidence.
 
Enfin les élu.e.s des Françaises et Français vivant hors de France ont une mission spécifique : apporter la diversité des visions du monde dans nos débats et nos décisions parlementaires. Être à l’écoute du monde, de nos pays de résidence, de leurs populations est essentiel pour permettre à notre pays d’agir au mieux à l’international. Du Sahel à l’Australie, écouter, respecter, tenter de comprendre nos partenaires est indispensable à notre réussite et à la défense des intérêts de notre pays. Puissions-nous mieux y parvenir dans la prochaine période !
 
Jean-Yves Leconte
Sénateur représentant les Français établis hors de France 
 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article