Grand débat national à Buenos Aires (bilan)

Publié le par FrançaisduMonde.adfe.conesud

Le deux mars dernier, la section de Français du monde-ADFE de Buenos Aires était bien présente pour assister au Grand débat national organisé par Mme Paula Forteza, députée de la deuxième circonscription des Français de l’étranger au lycée Jean Mermoz.

   Pendant environ deux heures et devant un public d’une petite trentaine de personnes, dont notre conseiller consulaire Marc Jamin, nous avons pu évoquer les quatre grands thèmes qui étaient proposés pour ce grand débat. Les discussions et échanges d’idées se sont déroulés de manière tout à fait fluide où chacun pouvait exprimer son opinion, proposer ses idées. En tant que représentants de notre section, nous venions aussi avec nos points à traiter d’autant que nous avions organisé une réunion de section en amont afin de mieux préparer ce grand débat.

   La diversité du public présent nous a permis de constater combien les préoccupations des membres de notre communauté pouvaient différer. En effet, il y avait là des Français définitivement installés, d’autres présent pour quelques années ; il y avait des jeunes, d’autres un peu moins ; une représentation socio-économique variée. Toutefois, nous étions bien trop peu nombreux pour considérer que tout l’ensemble de la communauté française en Argentine était représenté ici.

   En attendant son compte-rendu officiel Voici en vrac, les thèmes qui furent traités lors de ce Grand débat :

  1. Fiscalité (impôts, déficit fiscal, quelle fiscalité ?).
  2. Le service public (son efficacité, son opacité, sa complexité, pour une meilleure gestion du travail des fonctionnaires, le retrait des services sur le territoire, clarté des sites numériques).
  3. Phénomène de société (mouvement des gilets jaunes, crise de confiance du citoyen envers les institutions).
  4. La représentation des Français (réflexion sur le vote, les représentants élus, la participation citoyenne, la crise de la représentativité politique, le rapport du citoyen avec l’union Européenne).
  5.  L’écologie (comment intégrer les défis écologiques à venir, l’investissement, une transition écologique ne va pas sans transition économique).

   Peut-être pourrons-nous évoquer le regret de ne pas avoir pu traiter tous les thèmes dont nous voulions parler comme par exemple celui de l’enseignement français à l’étranger. De même, nous considérons que l’axe des débats se renfermait un peu trop sur ce qui se passait en France. Bien entendu, et bien que vivant loin de notre patrie, nous nous sentons fortement intéressés voir inquiets des derniers mouvements qui s’y déroulent, mais nous aurions aimé pouvoir plus longuement parler des problèmes locaux que rencontrent nos compatriotes vivant ici en Argentine : le consulat, la retraite, l’enseignement, les soins médicaux...

   Toutefois, nous avons bien insisté sur la place tenue par les autorités consulaires au contact avec notre communauté dans notre quotidien (horaire d’ouverture, réception au téléphone, réduction du personnel, fermeture du consulat paraguayen, consul honoraire), sur les difficultés du vote à l’étranger ( vote électronique, par correspondance, les procurations), celles rencontrées dans les transactions faites à travers l’outil numérique, les problèmes spécifiques rencontrés par nos conseillers consulaires ainsi que de l’organisation de la représentativité des Français de l’étranger qui semble peu efficace.

   Deux heures intenses donc, un peu frustrantes peut-être mais amorçant le début d’un dialogue qui pourrait être répété régulièrement. Ce que nous espérons fortement.    

J.Guillot

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article