Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

…s'inscrire au registre des Français établis hors de France

Publié le par FrançaisduMonde.adfe.conesud

Si votre présence à l'étranger est supérieure à six mois, il est fortement conseillé de s'inscrire au registre des Français établis hors de France. Vous pourrez accéder ainsi à un certain nombre d'informations et de services fort utiles en contact avec l'administration française.

Voici le lien informatif concernant l'Argentine et le Paraguay

Rendez-vous sur le site du Consulat général de France d eBuenos Aires

http://www.embafrancia-argentina.org/-Inscription-au-registre-des-

 

 

 

Publié dans Comment faire pour...

Partager cet article
Repost0

Prise en charge (Pec), réaction de Français du Monde-ADFE

Publié le par FrançaisduMonde.adfe.conesud

Français du Monde-ADFE réagit au rapport Colot-Joissans sur la prise en charge (PEC).

 

Annoncé pour l’été, puis pour la rentrée, ensuite pour le mois d’octobre… le rapport de

la députée Geneviève Colot (UMP) et de la sénatrice Sophie Joissains (UMP) sur la prise en charge des frais de scolarité des Français de l’étranger (PEC) a finalement été remis au président de la République le 3 novembre.

Le communiqué est téléchargeable ici :

http://www.francais-du-monde.org/wp-content/uploads/2010/11/Communique-rapport-PEC-Francais-du-Monde.pdf

Partager cet article
Repost0

Pôles consulaires régionaux

Publié le par FrançaisduMonde.adfe.conesud

  logo_adfe.gif

Motion

Dans les consulats, la forte baisse du nombre d’agents s’accentue alors que la création de pôles régionaux consulaires, présentée comme une efficace modernisation du réseau, ne fait que masquer l’insuffisance de moyens.

La surcharge de travail est telle que certains postes font appel au bénévolat de nos concitoyens pour remplir des tâches administratives.

Le transfert de tâches des consulats vers les Pôles régionaux alourdit la gestion des dossiers et dégrade la qualité du service public.

Cette réforme génère un profond mécontentement.

L’Assemblée Générale de Français du Monde-  ADFE réunie à Paris le 28 août exige que le réseau consulaire reçoive une dotation budgétaire et l’affectation de personnels suffisantes pour rendre un service à la hauteur de ce que les deux millions de citoyens français résidant à l’étranger sont en droit d’attendre.

Partager cet article
Repost0

Emotivo homenaje a francés y mexicana desaparecidos en dictadura argentina

Publié le par FrançaisduMonde.adfe.conesud

MELINCUE, Argentina, 

  "Gracias Melincué por haberlos cuidado", reza una placa colocada este sábado en el cementerio del pueblo que cobijó 34 años sin conocer sus nombres los restos de Yves Domergue y Cristina Cialceta, un francés y una mexicana desaparecidos en la dictadura argentina.

plaque-commemorative.jpg

Plaque commémorative

La placa de cerámica quedará para siempre sobre un pequeño altar colocado en el ingreso del cementerio de Melincué, en homenaje a este pueblo rural de 2.400 habitantes, 340 km al noroeste de Buenos Aires, donde estuvieron enterrados los cuerpos desde el 29 de septiembre de 1976.

"Alivio, eso es lo que siento", dijo a la AFP un emocionado Jean Domergue, el padre de Yves, de 80 años, venido desde Francia y como atornillado al piso frente a la placa, rodeado de desconocidos que lo abrazaban y saludaban afectuosos en un frío pero soleado mediodía del invierno austral.

Al lado de Jean estaban tres de sus nueve hijos, Eric, François y Brigitte, los dos últimos también llegados de Francia, y sus tres nietos argentinos, Ana, Daniel y Pablo, además de dos primas de Cristina.

Al caer la tarde y con la presencia de María Elena Marull, la mamá de Cristina, de 88 años, los homenajes culminaron en Rosario, a 120 km de Melincué, cuando la familia arrojó las cenizas unidas de la pareja y plantaron en su nombre un árbol timbú, una especie autóctona, en el Bosque de la Memoria.

En Rosario, 310 km al norte de Buenos Aires y cuna de Ernesto 'Che' Guevara, donde Cristina, nacida en México, vivía con su mamá argentina, la pareja fue secuestrada en 1976, cuando Yves tenía 22 y su novia 20.

Desde entonces sus familiares los buscaron infructuosamente, pero ellos habían sido enterrados sin identificar en Melincué, uno al lado del otro, en dos tumbas cuidadas por manos anónimas que nunca dejaron de ponerle flores.

Un trabajo escolar impulsado en 2003 por la profesora de Etica Ciudadana, Juliana Cagrandi, permitió descubrir las historias de esos dos jóvenes que habían sido encontrados acribillados a balazos y con señales de tortura por Agustín Buitrón, dueño de un campo cercano antes de ser inhumados.

"Ojalá mi papá hubiera estado aquí", le dijo emocionada Beatriz Buitrón, de 69 años, hija del hombre, ya fallecido, que halló los cuerpos a la vera de una ruta rural, al encontrarse por primera vez con Jean Domergue.

"Hemos venido a decirles que valió la pena. Promoción 2003", se leía poco después en un pasacalle colocado en la puerta del colegio secundario del pueblo, cuyos alumnos generaron aquel informe clave.

En el patio cerrado del colegio, unas 300 personas se emocionaron con un video familiar con imágenes del pequeño y del joven Yves, y lagrimearon con un poema escrito por Eric, 54 años, el único de los nueve hermanos que sigue viviendo en Argentina, de donde la familia había regresado a Francia en 1974.

"Es un día emocionante, en lo personal. Un día de alegría y de amargura a la vez. Y de esperanza para las otras familias que siguen buscando (a sus desaparecidos) desde hace 30 años", dijo a la AFP el embajador de Francia, Jean-Pierre Asvazadourian, presente en las ceremonias junto al gobernador de la provincia de Santa Fe (centro-oeste), Hermes Binner.

Yves Domergue es uno de los 18 desaparecidos de origen francés, y uno de los dos de esa nacionalidad cuyos restos fueron recuperados e identificados por el trabajo del Equipo de Antropología Forense.

Los restos de la monja Léonie Duquet, secuestrada en diciembre de 1977 e identificados en 2005, reposan en Buenos Aires en la Iglesia de la Santa Cruz, donde el domingo se realizará una ceremonia religiosa en homenaje a Yves y Cristina.

Unas 30.000 personas desaparecieron durante la dictadura (1976/83) en Argentina, según organismos humanitarios.

7 Ago 2010

Liliana Samuel (AFP)

 

Voir aussi sur le même sujet:

http://fdmadfe.conesud.over-blog.com/article-les-corps-d-yves-domergue-et-de-sa-compagne-disparus-pendant-la-dictature-argentine-retrouves-54793354.html

 

Publié dans Archives

Partager cet article
Repost0

Les corps d'Yves Domergue et de Cristina Cialceta, disparus pendant la dictature, identifiés

Publié le par FrançaisduMonde.adfe.conesud

Plantan árbol por francés y mexicana desaparecidos en dictadura argentina

ROSARIO, Argentina,

Un árbol timbó, especie autóctona de Argentina, fue plantado el sábado en el Bosque de la Memoria de Rosario, en una ceremonia de despedida de los restos de Yves Domergue y Cristina Cialceta, desaparecidos en la dictadura de ese país y recientemente identificados.

yves3.jpg

Jean Domergue, padre de Yves dando una palada de tierra para plantar el árbol.

"Están juntos para siempre", dijo en español Jean Domergue, el padre de Yves, al término del acto en un parque de la ciudad de Rosario (310 km al norte), donde Yves y Cristina fueron secuestrados en 1976, cuando tenían 22 y 20 años.

Cerca de él, María Elena Marull, la madre de Cristina, estoica con sus 88 años, resistía la emoción y escuchaba los discursos hasta quebrarse tras dar una palada de tierra para ayudar a dejar plantado el timbó en el luminoso atardecer rosarino.

Uno por uno, hermanos de Yves, primas de Cristina, sobrinos, amigos, funcionarios argentinos y diplomáticos franceses dieron una palada en ese pequeño bosque donde confluyen distintas especies.

Yves, nacido en Francia, y Cristina, nacida en México, se conocieron en Argentina durante la militancia política en los álgidos años 70, se enamoraron, fueron secuestrados juntos en Rosario y luego asesinados a mediados de septiembre de 1976, cuando arreciaba la represión de la dictadura (1976/83).

"Me alivia saber que Yves fue feliz antes de morir, porque se había enamorado", dijo Jean Domergue a la AFP, quien no pudo evitar llorar cuando arrojaron las cenizas de su hijo.

Un frasco forrado con la foto de los rostros de Yves y Cristina, que contenías las cenizas de ambos mezcladas, fue vaciada por los hermanos de él y las primas de ella, en el mismo lugar, antes de plantar el árbol.

yves4.jpg

El frasco que contenía las cenizas de Yves y Cristina

El 26 de septiembre de 1976 sus cuerpos acribillados fueron hallados por el dueño de un campo en la vera de una ruta rural y tres días más tarde enterrados sin nombres en el cementerio de Melincué, un pueblo a 120 km de Rosario.

Recién 34 años más tarde pudieron ser identificados por el Equipo Argentino de Antropología Forense, célebre por haber identificado en Bolivia los restos de Ernesto Che Guevara, entre otros casos resonantes.

"Los recordamos como militantes revolucionarios que cayeron luchando por una sociedad mejor", dijo Héctor Medina, antiguo compañero de militancia.

Unas 30.000 personas desaparecieron en la dictadura argentina, según organismos humanitarios.

yves.jpg

Eric, Brigitte y francois Domergue y un cuñado de Cristina Cialcetta arrojando las cenizas unidas de Yves Domergue y Cristina Cialcetta en el hoyo donde luego colocaron el árbol.

L.Samuel (AFP) 7 de agosto del 2010

Les corps d'Yves Domergue et de sa compagne disparus pendant la dictature argentine retrouvés

Comme vous avez pu le savoir par les médias, le corps d’un Français, Yves Domergue, disparu pendant la dictature a été identifié tout récemment avec celui de sa compagne, Cristina Cialceta, d’origine mexicaine.

Voici quelques mots d'Eric, frère d'Yves, écrits peu de temps après la découverte des corps...

Unas breves palabras para comunicarles que encontramos e indentificamos a mi hermano Yves y a su compañera Cristina Cialceta, ambos enterrados como NN en septiembre del 76 en el cementerio de Melincué, en el sur de Santa Fe, a más de 120 kilómetros de Rosario donde los secuestraron.

Se trata de una historia maravillosa de los alumnos y docentes de la escuela pública de Melincué que en 2003 se propusieron averiguar quiénes eran los dos jóvenes sin nombre baleados y tirados en un camino rural 27 años antes… y lo lograron. El trabajo de la Secretaría de Derechos Humanos de Santa Fe que investigaron hasta llegar a nuestra familia, y la participación siempre tan eficiente del Equipo Argentino de Antropología Forense (EAAF), concluyeron en cruzar el ADN de las dos familias con el de los dos NN de Melincué, con resultado positivo.

Las dos familias los vivimos como un gran alivio y toda la gratitud a esta verdadera cadena de manos tendidas que nos permiten dar vuelta esta página… y abrir una nueva, la de la búsqueda de la verdad, de la justicia, de llevar estas nuevas pruebas a los tribunales y la de seguir codo a codo con las demás familias en ese camino sin descanso contra la impunidad. Puedan Yves y Cristina representar a los 30.000 aunque sea en este instante.

Varias ceremonias nos permitirán compartir con muchos de ustedes el homenaje a dos jóvenes militantes revolucionarios, él francés, ella mexicana, que dieron su vida por la Argentina. Primero, el miércoles 28 a las 19 horas, en el sorprendente escenario de la Casa de Gobierno. Luego el sábado 7 de agosto por la mañana habrá una ceremonia en Melincué y a las 16 horas en el Bosque de la Memoria de Rosario donde serán volcadas sus cenizas y plantado un árbol. Finalmente, el domingo 8 de agosto a las 17 horas, una ceremonia en la Iglesia Santa Cruz de Buenos Aires.

Gracias a todos, de parte mía y de mi numerosa familia. Y que aquellas familias de detenidos-desaparecidos que aún no aportaron su muestra de sangre al banco del EAAF, adelante, las pruebas están a la vista.

Eric Domergue

Le discours de la présidente argentine, Cristina Kirchner, le jour de la conférence de presse au sujet de l'apparition des corps d'Yves Domergue et de Cristina.

Cliquez sur:

 http://www.prensa.argentina.ar/2010/07/28/10332-la-identidad-es-un-derecho-colectivo-y-social-aseguro-la-presidenta.php

Sur le lien suivant vous pourrez signer une pétition demandant l’installation d'une plaque commémorative au lycée Jean Mermoz pour Yves Domergue, Marie-Anne Erize et Cecilia Rotemberg tous trois ex-élèves du lycée et victimes de la répression.

Cliquez sur : 

La_pétition

Sur facebook, lireRecordando a los detenidos-desaparecidos del Liceo Franco-argentino Jean Mermoz de Buenos Aires"

Cliquer sur:

http://www.causes.com/causes/495630?m=d0fe3742&owner_id=13668580

 

De nombreux articles sont déjà parus dans de nombreux médias.

Voici une note parue dans  Le Monde :

lemondefr petYves Domergue identifié
Les restes du Français et de son amie mexicaine, disparus sous la dictature argentine voilà 34 ans, ont été identifiés. Les corps avaient été enterrés dans un village. Un hommage doit avoir lieu mercredi en présence de Mme Kirchner

Et l’article de C.Legrand correspondante du Monde à Buenos Aires

  

Une douleur française en Argentine   

 

C'était une tombe anonyme dans le cimetière d'un petit village de la Pampa. Trente-quatre ans après la disparition d'Yves Domergue en Argentine pendant la dictature militaire (1976-1983), c'est là que son cadavre a été retrouvé et identifié. Le jeune Français était enterré à Melincué, aux côtés de sa compagne mexicaine, Cristina Cialceta. Il avait 22 ans, elle 20 ans, quand ils furent enlevés en septembre 1976 dans la province de Santa Fe, dans les environs de Rosario, à 300 km au nord de Buenos Aires.

Tous deux militaient dans le Parti révolutionnaire des travailleurs - Armée révolutionnaire du peuple (PRT-ERP) du légendaire guérillero Mario Roberto Santucho. Pendant d'interminables années, plus de traces, aucune nouvelle malgré les nombreuses démarches entreprises par la famille Domergue auprès des gouvernements français et argentin.

La découverte macabre et divers témoignages de l'époque permettent de reconstruire l'histoire, comme un puzzle. Yves et Cristina sont interceptés par une patrouille de l'armée de terre et conduits illégalement dans une caserne militaire. Le dimanche 26 septembre 1976, un paysan du coin découvre leurs cadavres, jetés sur le bas-côté d'une route provinciale de Santa Fe. Il alerte la police. Une autopsie détermine que les deux inconnus sont morts, pas plus de quatre jours plus tôt, criblés de balles. Ils sont enterrés sous la dénomination "NN" (sans nom).

A Buenos Aires, les militaires sont au pouvoir, l'enquête pour homicides tombe dans l'oubli. Le dossier, menacé de destruction, est pourtant jalousement conservé par un officier de justice, Jorge Basuino. Ce militant de gauche est convaincu qu'il s'agit de jeunes assassinés par le régime militaire et "qu'un jour leurs familles viendront les chercher".

Vingt-sept ans plus tard, en 2003, un professeur d'instruction civique de Melincué, Juliana Cagrandi, propose à ses élèves de terminale de faire un travail de mémoire sur la dictature, à partir de ces deux mystérieux anonymes enterrés au cimetière. Les adolescents se passionnent pour l'histoire de ces jeunes gens à peine plus âgés qu'eux. Il faudra toutefois attendre cinq ans pour que les autorités s'intéressent à leur travail. En 2008, le secrétariat aux droits de l'homme de Santa Fe rouvre finalement le dossier. On exhume les cadavres. Des analyses ADN démontrent qu'il s'agit d'Yves Domergue et de Cristina Cialceta.

Dans son appartement du vieux quartier de San Telmo où il vit à Buenos Aires, Eric, frère cadet d'Yves, connaît le dossier par coeur : "Multiples orifices de balles, surtout dans la tête, et une balle à bout portant sous l'oeil droit." Il mentionne des traces de tortures. "C'est un soulagement de savoir qu'ils sont morts juste après avoir été enlevés, sans souffrir des mois dans une prison clandestine", souligne toutefois ce journaliste, marié à une Argentine, père de trois enfants et deux fois grand-père. "C'est un énorme soulagement, surtout en France, pour mes parents, qui sont âgés et qui peuvent enfin faire leur deuil sans plus se réveiller chaque matin en se demandant où est leur fils."

Eric se rappelle des dernières rencontres avec son frère : "Je pensais à chaque fois que c'était peut-être la dernière fois que je le voyais." Yves vivait dans la clandestinité, mais il prenait régulièrement contact avec lui. Il faisait des visites fugaces à la boulangerie où travaillait Eric pour fixer un jour et une heure de rendez-vous. Toujours dans le même lieu : la rue Sucre, dans le quartier bourgeois de Belgrano. "Moi, je remontais la rue, Yves la descendait, et nous nous retrouvions à un point quelconque du trajet, comme par hasard, pour marcher un moment côte à côte." Yves évitait de parler politique, mais était avide de savoir comment allait toute la famille en France.

Ses activités de militant conduisaient parfois Yves à voyager à l'intérieur de l'Argentine. "La dernière nouvelle que j'ai eue, se rappelle Eric, c'est une lettre qu'il m'a envoyée de Rosario ; là il me disait que de nombreux amis étaient tombés malade (un euphémisme pour signaler qu'ils avaient été arrêtés ou tués) et que bientôt il retournerait à Buenos Aires." Yves projetait d'aller à Paris pour passer les fêtes de Noël en famille. Mais il n'est jamais revenu. Eric est souvent retourné dans la rue Sucre : "C'était plus pour me souvenir d'Yves que pour l'espoir de le revoir un jour."

Respectant l'amour de leur fils pour l'Argentine et pour sa compagne, la famille Domergue a choisi de l'enterrer, aux côtés de Cristina, à Rosario. Là vit la mère de Cristina, âgée de 88 ans. Les deux corps seront incinérés et leurs cendres déposées, le 7 août, dans le Parc de la Mémoire, un espace dédié aux victimes de la dictature.

Le 8 août, Yves Domergue aurait eu 56 ans. Son père, Jean Domergue, âgé de 80 ans, fera le voyage depuis Paris. Il a vécu et travaillé en Argentine pour une entreprise française, de 1959 à 1974, avec sa femme et ses neuf enfants. Il y est courageusement revenu en pleine dictature pour dénoncer sur place la disparition d'Yves et présenter trois demandes d'habeas corpus en faveur de son fils aîné. "C'est un miracle qu'on l'ait retrouvé", dit cet homme profondément catholique qui s'inquiétait des idées révolutionnaires de son fils et des risques encourus, tout en le respectant.

Quand la famille retourne en France en 1974, Yves décide de rester en Argentine pour poursuivre ses études d'ingénieur. Il est doué en mathématiques, et son père imaginait pour lui un brillant avenir en France. Mais Yves a "un grand amour" pour l'Argentine. Il y est arrivé à l'âge de 5 ans. Il l'a parcourue, du nord au sud, quand il était scout. De son côté, rentré à Paris, Eric a très vite la nostalgie de ce grand frère qui maintient toujours des contacts étroits par courrier avec sa famille. Il décide de rejoindre Yves. A 20 ans, il débarque à Buenos Aires, deux semaines avant le coup d'Etat, qui a lieu le 24 mars 1976. Eric se souvient de la terreur qui régnait dans le pays : "Les voitures de police et des camions militaires à chaque coin de rue, les détentions arbitraires, les disparitions, les corps criblés de balles qui apparaissaient un peu partout." Après la disparition de son frère, le consulat de France lui conseille de rentrer à Paris pour ne pas subir le même sort qu'Yves. Eric revient donc en France. Il a dû attendre 1983 et le retour de la démocratie pour "revenir au pays", où il n'a cessé de se battre pour rechercher la vérité.

Aujourd'hui, il est serein : "Je peux tourner une page et en rouvrir une autre." Il attend que les assassins soient condamnés. Le procès du général Ramon Diaz Bessone, commandant en chef du deuxième corps d'armée de Santa Fe au moment de l'enlèvement d'Yves et de Cristina, s'est ouvert le 21 juillet à Rosario. Grâce à la découverte de leurs corps, de nouvelles preuves ont été versées au dossier.

Christine Legrand

Publié dans Archives

Partager cet article
Repost0

Pôle consulaire régional dans le cône sud

Publié le par FrançaisduMonde.adfe.conesud

Un « pôle régional consulaire » vient d’être créé à Buenos Aires[1]. Cette réorganisation administrative qui touche trois consulats (Buenos Aires en Argentine, Montevideo en Uruguay et Asunción au Paraguay), se décline en un transfert de compétences : les services d'inscription consulaire, de la nationalité et de l'état civil de Montevideo sont déplacés vers Buenos Aires tandis que seuls les services de rédaction d'état civil d’Asunción sont transférés vers la capitale argentine[2].

Cette réforme, qui touche aussi d'autres consulats dans le monde, n'est pas une surprise. Elle vient en droite ligne d'une décision prise de longue date et en haut lieu, comme nous le rappelait le 3 septembre 2007 M.Kouchner, ministre des Affaires étrangères, lors de l'ouverture de la septième session de l'Assemblée des Français de l'étranger: "Une réflexion plus large a en outre commencé concernant l'avenir de notre réseau. Alors que notre monde évolue en permanence, il est impératif que nous soyons capables d'adapter notre représentation aux nouveaux enjeux et aux nouvelles lignes de force auxquels elle répond. Je pense par exemple à la régionalisation de certains services ou à la mutualisation de compétences."

Dans ce même discours, on pouvait trouver également un appel à l'efficacité de notre réseau consulaire dans le monde: "...ces Français d'ailleurs, Français malgré la distance, encore plus Français parfois du fait des distances, sont une chance pour notre pays. Il nous appartient d'apporter les réponses qu'ils attendent et ils seront alors d'autant plus nos alliés pour accompagner les évolutions de notre pays." Ou encore, expliqué plus prosaïquement, M. le Ministre s'attachait à démontrer qu'à travers son réseau diplomatique et consulaire dans le monde l'objectif de la France était de rayonner encore plus et d'être chaque fois plus efficace afin de répondre aux besoins des Français ayant choisi l'expatriation.

 

Pourtant, malgré cette volonté affichée, on peut douter que le pôle régional consulaire gagne en efficacité.

Comme le cite une source sûre, "le fait même de répondre en réorientant [les dossiers de rédaction de l'état-civil] sur [le pôle consulaire] demandera du temps.  De plus, l’obligation de légalisation par l’ambassade de chaque document (…), indispensable pour l’établissement d’une transcription par le Consulat Général (…), rendra encore plus difficile et incompréhensible la nouvelle répartition des compétences puisque, de fait, tous les dossiers de transcription transiteront initialement par [les services consulaires du pays concerné] en vue de légalisations." On se retrouve devant un incessant aller-retour de dossiers, une débauche d'énergie et une perte de temps pour un résultat équivalent, avec même à la clef des possibles pertes de dossiers en chemin.

Plus insidieusement, cette réforme aboutit également à une perte nette de personnel employé dans le réseau consulaire.

A Buenos Aires, est créé un demi-poste supplémentaire afin de pallier l’accroissement des charges consulaires mais en même temps, le consulat de Montevideo perd un poste à temps plein. Celui d’Asunción a, pour cette année, réussi à sauvegarder provisoirement un poste qui semblait condamné. La balance est d’ores et déjà négative et risque même de s'alourdir encore si le poste du consulat au Paraguay n'est pas pérennisé. Par conséquent, la charge des employés consulaires de notre région qui était déjà bien lourde s'en trouve encore accrue à tel point que le consulat de Montevideo s'est empressé d'accepter les aides bénévoles afin de désengorger l'accumulation de tâches. Ainsi, cinq personnes, dont l’une d’entre elles est membre de la section locale de Français du Monde-ADFE de Montevideo, ont chacun laissé leur numéro de téléphone personnel afin qu’ils puissent être joints pour donner des renseignements sur des thèmes bien précis, comme par exemple les bourses, lorsque le seul employé resté au Consulat n’aura plus le temps matériel de le faire.  Comme le dit notre adhérent de Français du Monde : « Reste à savoir comment on se débrouillera quand la seule fonctionnaire qui restera tombera malade ou partira en congé!! » et d’ajouter lucidement : « (…) Nous assistons (…) au démantèlement de notre réseau consulaire (…) ». Nous sommes déjà bien loin du discours de M. le Ministre !

 

Voici donc à l’heure actuelle le bilan d’une réforme qui confirme un désengagement de l’Etat (suppression de personnel) pour un gain efficacité qui reste à prouver. Est-ce ainsi qu’il fallait comprendre les paroles de M. le Ministre ? Réforme, modernisation, gage d’une meilleure efficacité lorsqu’on demande à des gens de bonne volonté de pallier les carences de l’Etat?  N’est-ce pas l’arbre des éternels discours qui cache la forêt des actions purement comptables caractérisant l’attitude de ce gouvernement dès qu’il s’agit de traiter de la bonne marche de la Fonction publique ?

 

J.Guillot

Administrateur de Français du Monde-ADFE

Circonscription du « Cône sud » en Amérique du sud

 

[1] Voir à ce sujet notre article sur le blog de Français du Monde-cône sud: « Pôle consulaire régional dans le cône sud » et sur lequel on pourra retrouver plus de détails concernant cette réforme:

http://fdmadfe.conesud.over-blog.com/article-pole-consulaire-regional-dans-le-cone-sud-50263331.html

 

[2] Précision : certaines de ces compétences sont « partagées » entre le consulat d’origine et celui de Buenos Aires plutôt que « transférées ».

Mai 2010

Dans la perspective de la mise en place du pôle consulaire régional de Buenos Aires, le ministère des affaires étrangères et européennes a publié, le 20 avril dernier (JORF n°0092), deux arrêtés relatifs aux compétences des ambassadeurs de France en Uruguay (arrêté du 6 avril 2010) et au Paraguay (arrêté du 8 avril 2010).
Les compétences des ambassadeurs de France à Montevideo et Asunción relatives à la tenue du registre des Français établis hors de France et à la délivrance et au renouvellement des titres de voyage (à l'exception de la délivrance et du renouvellement des passeports d'urgence et des laissez-passer) ainsi que leurs attributions en matière d'état civil et de nationalité ont été transférées au consul général de France à Buenos Aires.

Arrêté du 6 avril 2010 relatif aux compétences du consul général de France à Buenos Aires et de l'ambassadeur de France en Uruguay:

http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000022120336&dateTexte=&categorieLien=id

Arrêté du 8 avril 2010 relatif aux compétences du consul général de France à Buenos Aires et de l'ambassadeur de France au Paraguay:
http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000022120348&dateTexte=&categorieLien=id

Sources:

Richard Yung

Sénateur représentant les Français établis hors de France
Membre de la commission des lois / Membre de la commission des affaires européennes

Palais du Luxembourg - 75291 PARIS Cedex 06
Tél : 01 42 34 34 07 - Fax : 01 40 51 06 15

http://www.senateursdesfrancaisdumonde.net/richard-yung/ et http://www.richardyung.fr/

 

ryung1009.jpg 

 

Partager cet article
Repost0

Le nouveau www.service-public.fr

Publié le par FrançaisduMonde.adfe.conesud

 

service-public.png

Le site www.service-public.fr a fait peau neuve ! Le site est beaucoup plus facile à consulter : les rubriques apparaissent clairement et la page consultée s’affiche toujours en bleu, ce qui permet de s’y retrouver aisément.

Le site est organisé en trois rubriques principales : particuliers, professionnels,associations. Dans la rubrique

“Particuliers” sont répertoriés les thèmes suivants : Argent, Etranger-Europe, Famille, Formation-Travail, Justice,

Logement, Loisirs, Papiers- Citoyenneté, Social-Santé et Transports.

Via le site, il est possible de poser des questions à diverses administrations.

Il est utile de savoir que le site est consultable en anglais, en allemand et en espagnol.

 

Aller sur:

www.service-public.fr

Publié dans Adresses utiles

Partager cet article
Repost0

Marc Jamin, conseiller à l'AFE

Publié le par FrançaisduMonde.adfe.conesud

Octobre 2010

 

La fonction d’un conseiller AFE est loin d’être de tout repos. Voici les différentes visites et présence de notre conseiller, M.Marc Jamin entre janvier et juillet 2010.

Depuis, la liste s’est déjà allongée. A cela, il faut rajouter une permanence hebdomadaire au Consulat de Buenos Aires et les réponses à de nombreux courriers.

 

14 janvier visite de la « Jeanne d’Arc ».

 

21 janvier : déjeuner à l’ambassade pour parler de la situation actuelle de l’Argentine avec Mme Michèle Goupil (Conseillère AFE), M.l’Ambassadeur, M.Le Consul général et le premier Conseiller de l’ambassade.

 

27 janvier : réunion des membres de Français du monde-ADFE au Sénat à Paris afin de parler de l’avenir de l’AFE.

 

28 janvier : participation au Conseil d’administration de Français du monde-ADFE et préparation de l’assemblée plénière de l’AFE.

 

1er au 6 février : participation à l’assemblée plénière de l’AFE à Paris

 

16 mars participation au Conseil d’établissement du lycée Jean Mermoz

 

18 mars : voyage au Paraguay, rencontre avec M. l’Ambassadeur de France au Paraguay et la sénatrice J. Garriaud Maylam. Inauguration du théâtre « Molière » à Asuncion.

 

25-26 mars réunion avec les Consuls honoraires d’Argentine ; réunion du Conseil de sécurité pour l’Argentine.

 

29 mars : préparation de la 2nde commission locale des bourses scolaires (CLB) avec Mme Goupil et les proviseurs du Lycée et du Collège.

 

31 mars : 2nde CLB pour Buenos Aires

 

10 au 12 avril : voyage au Chili

 

10 avril : -réunion à l’ambassade de France avec Mme C.Kammermann, les conseillers de l’ambassade ;

               -visite au foyer français

               -soirée solidarité pour « pompe France »

 

11 avril : voyage à Concepcion pour visiter les lieux sinistrés par le tremblement de terre du

27 février, les camps de réfugiés, le lycée français de Concepcion et la caserne détruite de « Pompe France ».

 

12 avril : réunion avec M.Bourguignat président de la section locale de Santiago de Français du Monde-ADFE

 

15 et 16 avril : voyage à Montevideo :

- Réunion consulaire pour l’attribution des aides de l’ONAC.

- 2nde CLB.

 

20 avril : voyage à Asuncion (Paraguay)

- 1ère CLB.

- Réunion avec Franck Dutertre possible futur adhérent pour le Paraguay

 

25 avril. réunion de la section locale de Français du Monde-ADFE de Buenos Aires

 

8 mai : commémoration du 8 mai 1945 au club des Aciens combattants en présence de M.l’Ambassadeur.

 

18 mai : conseil d’établissement au Collège franco-argentin de Martinez (Buenos Aires)    

 

7 juin : obsèques de Miguel Iriart, président des Anciens combattants.

 

10 juin : déjeuner de travail avec les membres du bureau de la section locale de Français du Monde-ADFE de Buenos Aires.

 

18 juin : commémoration de l’Appel du 18 juin de Charles de Gaulle à bord du « Chevalier Paul ». Réception à l’ambassade.

 

3 juillet : participation au dîner offert par les « Gadzarts » à Buenos Aires.

 

7 juillet : réunion au Consulat d’attribution des secours de l’ONAC

Juillet 2010

Visite au Chili dans la région sinistrée par le tremblement de terre 

En ma qualité de conseiller élu à l’assemblée des Français de l’étranger (AFE) représentant l’association « Français du Monde-ADFE » pour la région du cône Sud (Argentine, Chili, Paraguay et Uruguay), j’ai été invité par la section locale de Français du Monde-ADFE du Chili à participer à une soirée de bienfaisance à la caserne des pompiers « Pompe 4 de Santiago ». Cette soirée de solidarité des « Cœurs Français pour le Chili » avait pour objet de recueillir des fonds pour reconstruire la caserne « Pompe France » de Concepción (ville située a environ 500 km au sud de Santiago), entièrement détruite par le séisme du mois de février dernier.

A cette occasion, diverses associations françaises du Chili s’étaient regroupées afin d’organiser cet événement : Français du Monde-ADFE, l’association franco-chilienne des « professionnels », la chambre de commerce franco-chilienne, l’Union des Français du Chili, la corporation d’Amitié franco-chilienne, la corporation de bienfaisance « Aide française »,  les Dames françaises de bienfaisance, Santiago accueil et la « 4èmeCompagnie Pompe-France de Santiago ».

Etaient présents à cette soirée, la sénatrice Christiane Kammermann, les trois Conseillers AFE du Cône Sud et le 1er Conseiller de l’ambassade de France.

Au programme : les hymnes chiliens et français chantés par les pompiers de la 4ème Compagnie suivi d’un numéro de magie effectué par Claire PERRINE. Puis des airs d’opéra chantés par Claudio FERNANDEZ ARAYA et Pamela FLORES de l’Opéra de Santiago. Ensuite des chansons interprétées Isabel ALDUNATE.

camara-mama-089.jpg

                                                                               Pompiers de la 4ème compagnie 

De nombreux cadeaux des entreprises locales ont été tirés au sort. La soirée se termina par une vente aux enchères de plusieurs tableaux donnés par des artistes chiliens.

Le lendemain matin, nous nous sommes déplacés à Concepción, une des villes les plus atteintes par le séisme et le raz de marée.

Michel Bourguignat,  président de la section de Santiago de Français du Monde-ADFE, m’avait organisé un parcours dans la zone sinistrée. Bernardo Benjamin Chau, membre de l’ONG « CEPAS » dont l’une des crèches avait été complètement détruite par le tremblement, me servait de guide.

Mon intérêt était de visiter les lieux où étaient réfugiés les habitants des villages de pêcheurs de la côte anéantie par le raz de marée. Ces pauvres gens étaient installés dans une zone de forêt débroussaillée par l’armée dans laquelle se trouvaient plusieurs camps éloignés de quelques centaines de mètres les uns des autres. Ils vivaient dans des petites baraques de fortune, construites avec des morceaux de tôle, des planches et des toiles, les unes à côté des autres, sans installations sanitaires.

camara-mama-092.jpg

                                                                               Vue partielle du camp des réfugiés

De nombreuses voitures arrivaient, chargées de vêtements et de nourriture. Des particuliers, des ONG, des religieux de différentes confessions qui se mobilisent et apportent de quoi faire vivre les sinistrés jusqu’à ce que le gouvernement chilien les prenne en main et leur donne un nouveau toit et un emploi.

Nous nous sommes réunis autour d’une grande table avec une vingtaine de personnes pour parler de leur avenir. Ils habitaient tous sur la côte, dans trois petits villages de pêcheurs établis sur des terres appartenant à l’armée. Les modestes maisons ont résisté aux tremblements pourtant, quand ils ont vu la mer se retirer, leur vieil instinct leur a dit qu’ils devaient tout laisser et fuir vers les hauteurs le plus rapidement possible. Fort heureusement, il n’y a pas de victime à déplorer mais ils ont tout perdu : maisons, vêtements, meubles, souvenirs…tout.

Comme les camps se trouvent très éloignés de Concepción et de Talcahuano, ils ne peuvent pas être écoutés par les médias et à leur avis, ils seront les derniers à recevoir l’aide si attendue. Le gouvernement leur a promis des « media aguas », sortes de petites maisons préfabriquées en bois. Mais pour le moment il y a trop de questions sans réponses. Où iront-ils ? L’armée ne les laisse plus retourner sur la côte où ils ont toujours vécu sous prétexte que c’est trop dangereux. Que feront-ils ? Ils ont perdu leur travail de pêcheur mais aussi leurs barques et leurs filets. Ils espèrent pouvoir se reclasser dans d’autres activités et plus spécialement dans la reconstruction qui demandera beaucoup de main d’œuvre.

Il reste peu de temps pour trouver des solutions car la saison des pluies va commencer ainsi que l’hiver qui est rigoureux dans cette région.

Nous sommes descendus ensuite vers la côte pour voir les restes des villages. Toutes ces petites maisons en bois sont démolies : certaines ont été emportées vers la mer, d’autres déplacées par les vagues à une dizaine de mètres de hauteur, ou bien renversées, broyées, triturées. Un paysage dantesque. Quelques personnes recherchent parmi ces restes ce qui peut encore servir.

                                                       caleta Tumbes 3

                                                                                     Les effets du raz-de-marée

Il nous faut rentrer à Concepción pour visiter le lycée français. En traversant la ville, on peut apprécier l’intensité du désastre. Aucun quartier n’est épargné. Ce sont surtout les constructions les plus anciennes et modestes qui sont les plus atteintes : toitures effondrées, murs abattus ou sérieusement endommagés. En plein centre ville, une construction de plus de dix étages s’est cassée en deux. L’immeuble de l’Alliance française a subi des dommages structuraux. Irrécupérable, il sera démoli. Un des ponts qui traverse la ville s’est écroulé comme un jeu de dominos.

Accueillis par M. Guerrand, directeur de l’école primaire, nous parcourons le lycée Charles de Gaulle avec l’Ambassadrice de France Mme Maryse Bossière, la sénatrice Mme Christiane Kammermann, le Consul de France M. Frédérick Schmutz et les trois conseillers AFE. La construction a très bien résisté aux secousses. Sa structure est restée intacte. On aperçoit quelques fêlures tout de même dans certains murs et ainsi que les vitres des fenêtres du dernier étage ont été détruites. Les travaux de réparation ont déjà commencé afin de pouvoir reprendre les cours au plus vite.

Une vingtaine de personnes de la communauté française de Conception nous attend dans une grande salle. L’Ambassadrice leur présente Mme Kammermann ; cette dernière expliquant ce qu’est l’AFE, le rôle de ses conseillers et l’importance des débats lors des réunions plénières.

Pour terminer la journée, nous nous déplaçons vers les « restes » de la Pompe France de Concepción. Je dis bien « les restes » car la caserne a été entièrement détruite. Les pompiers volontaires n’ont pu sauver que leurs deux camions et une partie de leurs vêtements.

camara-mama-108.jpg

                                                                    Les restes de la caserne des pompiers à Concepcion

Une haie d’honneur en uniforme accueille notre délégation. Après avoir chanté la Marseillaise, nous nous réunissons dans des locaux voisins cédés temporairement afin qu’ils puissent continuer leur travail ; « Pompe France » étant l’unique caserne de la ville. Le chef des pompiers nous informe que ses volontaires ne baissent pas les bras : ils ont la ferme volonté de reconstruire leur site pour continuer à servir la communauté.

camara-mama-111.jpg                                     Lors de la cérémonie à Concepcion, à gauche, Mme Kammermann, à droite, Mme Bossière

 

Marc Jamin

Conseiller AFE dans la circonscription du cône sud

Publié dans Archives

Partager cet article
Repost0

...voter depuis l'étranger ?

Publié le par FrançaisduMonde.adfe.conesud

Tout savoir pour voter quand on habite à l'étranger. C'est très facile. il vous suffit de cliquer sur le lien suivant et de vous laisser guider.

 

Télécharger le formulaire en cliquant sur:

http://vosdroits.service-public.fr/particuliers/F16904.xhtml

 

 

Sources:service public

Publié dans Comment faire pour...

Partager cet article
Repost0

L’heure des bilans

Publié le par FrançaisduMonde.adfe.conesud

 

 

 

   Les récentes élections concernant l’Assemblée des Français de l’étranger (AFE) ont conclu la fin d’un cycle pour la section de Buenos Aires de Français du monde-ADFE.

 

   Pour comprendre le chemin parcouru, il faut revenir à quelques années en arrière.

   En 2003, à la suite du précédent scrutin « AFE », le bilan de l’ADFE à Buenos Aires était calamiteux. Avec un total de votes inférieur à 17% dans la circonscription du Cône sud nous perdions le siège de Conseiller à l’AFE, et, un malheur n’arrive jamais seul, la section de l’ADFE de Buenos Aires disparaissait.

 

   Lorsqu’à cette époque, quelques obstinés décidèrent de faire revivre l’ADFE à Buenos Aires en reprenant tout à zéro, trois objectifs très clairs et très précis se profilaient devant eux:

1)      recréer une section digne de ce nom;

2)      marquer notre présence à Buenos Aires au sein de la communauté française en revendiquant notre position politique à gauche ;

3)      travailler tout de suite dans le but de récupérer en 2009 le siège de Conseiller perdu.

 

   Les défis étaient énormes.

 

   Nous ne referons pas ici l’historique du chemin parcouru mais insisterons seulement sur quelques faits incontestables.

   Actuellement, et avec une croissance continue depuis 2003, la section Français du Monde-ADFE de Buenos Aires compte vingt-six membres, de nouveaux statuts ont été écrits, elle possède son logo propre, ses diverses activités sont recensées dans un blog de Français du Monde pour la section du cône sud.

Notre section est présente dans les diverses réunions consulaires et d’ambassade officielles (bourses scolaires, aide sociale, formation et emploi…). Nous avons organisé diverses réunions d’ordre politique ; nous avons participé également à des activités festives ; en juin 2008, nous avons reçu Mme Monique Cerisier ben Guiga, sénateur du Parti socialiste français représentant les Français hors de France au siège du PS argentin et tout récemment, nous avons accueilli M. François Nicoullaud, actuel président de notre association. Enfin, une permanence consulaire fut inaugurée en 2007 par la regrettée Odette Reca.

   Et, en obtenant 29,98% des suffrages lors des élections pour l’AFE le 7 juin dernier, Français du Monde –ADFE récupère le siège perdu en 2003.

 

   Ces succès sont dus à la persévérance de tous. Chacun a pu, à sa manière, contribuer à reconstruire un édifice dont la réussite était, au départ, loin d’être évidente.

   Nous avons eu également la chance de trouver un candidat idéal pour nous  représenter aux élections en la personne de Marc Jamin lequel, grâce à la notoriété de son parcours professionnel en Argentine et une campagne remarquable, a pu récolter les votes nécessaires à son élection.

 

   Nous n’avons guère de temps pour profiter de ce triple succès car déjà, d’autres défis nous attendent.

   Dès maintenant, un nouveau bureau doit être désigné, les statuts devront être légèrement modifiés en accord avec l’évolution de notre association et nous devons dès maintenant commencer à travailler pour conserver ce siège si chèrement acquis afin que la Gauche démocratique puisse continuer à avoir son mot à dire dans notre circonscription.

   Ceci ne passe que par une forte implication de notre part envers nos concitoyens français à Buenos Aires et en Argentine. Ce vote nous donne une représentativité et une légitimité plus fortes ce qui nous permettra d’agir plus et mieux.   

 

   Nous sommes fiers du chemin accompli et impatients de continuer notre route.

 

 

Les membres du bureau sortant de la section Français de Monde-ADFE de Buenos Aires

                                                                                                                                  

 

Juin 2009

Partager cet article
Repost0

<< < 10 20 30 31 32 33 34 35 36 37 38 > >>