Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

36 résultats pour “Journée de défense citoyenne

Assemblée des Français de l'étranger 27ème session

Publié le par FrançaisduMonde.adfe.conesud

Paula Forteza, notre députée pour la deuxième circonscription pour les Français de l'étranger, a participé à la 27 ème session de l'AFE.

Elle nous livre son compte rendu de ces journées.

Du 2 au 6 octobre, l’Assemblée des Français de l’étranger s’est tenue à Paris avec la présence des élus et conseillers consulaires, des députées et sénateurs représentant les français de l’étranger ainsi que des représentants et des membres du Gouvernement.

Lire la suite:

https://forteza.fr/index.php/2017/10/06/27session-pleniere-de-lassemblee-des-francais-de-letranger/

 

Partager cet article
Repost0

Réforme de la haute fonction publique. Conséquence à l'étranger

Publié le par FrançaisduMonde.adfe.conesud

Sur France Culture, l'émission du "Temps du débat", revient sur la réforme de la haute fonction publique. Une réforme dont on parlera encore à n'en pas douter.

En avril, E. Macron annonçait une réforme de grande ampleur de la haute fonction publique. Les deux corps diplomatiques qui constituent la hiérarchie du Quai d’Orsay n'y ont pas échappé, ils seront supprimés d’ici 2023. Quels effets aura cette mesure sur la diplomatie française ?

Ecouter l'émission:

La réforme de la haute fonction publique met-elle en danger la diplomatie française ?

Hélène Conway-Mouret est intervenue à l'occasion de l'examen du programme 105 concernant l'action de la France en Europe et dans le monde. Elle a insisté sur les coupes budgétaires qui ont une incidence évidente sur la qualité du service diplomatique et consulaire en terme d'effectifs notamment. La sénatrice s'inquiète également de la réforme à venir de la haute fonction publique laquelle, en l'état, aura des conséquences manifestes sur la représentativité française à l'étranger.

"Début novembre, je suis intervenue lors de l’examen, par la commission des Affaires étrangères, de la Défense et des Forces Armées du Sénat, du programme 105 « Action de la France en Europe et dans le monde ». J’ai tenu à rappeler les effets délétères des années de coupes budgétaires subies par le ministère de l’Europe et des Affaires étrangères, en particulier leurs répercussions sur les personnels diplomatiques et consulaires."

Lire la suite:

PLF 2022 – Mon intervention lors de l’examen du programme 105 « Action de la France en Europe et dans le monde »

Lire aussi:

Ma question écrite sur les conséquences de la réforme de la haute fonction publique sur les métiers diplomatiques et consulaires

Partager cet article
Repost0

Second tour de l'élection présidentielle, message de Français du monde-ADFE

Publié le par FrançaisduMonde.adfe.conesud

Deuxième tour de l’élection présidentielle 

 

Association civique, enracinée dans les valeurs républicaines humanistes et sociales, notre rôle est d’informer nos compatriotes établis à l’étranger et de les inciter à y être des citoyens actifs. L’association exprime ici une position fondée sur la concordance entre les valeurs auxquelles son action se réfère et celles qui ont fondé l’action des candidats dans le passé ainsi que leurs programmes pour l’avenir.

 

Depuis cinq ans, en notre qualité de citoyens, en notre qualité de Français à l’étranger, nous avons été heurtés par les principes et les méthodes de Nicolas Sarkozy et nous avons payé notre tribut à ses choix idéologiques.

 

Attachés à la justice sociale nous avons vu en cinq ans le nombre de pauvres atteindre les 8 millions de personnes dans notre pays.

 

Hostiles à toute discrimination nous avons vu s’accroître la stigmatisation des Français d’origine étrangère, leur exclusion de l’emploi et du logement, ce qui a conduit à la radicalisation de certains et à l’exil des plus dynamiques.

 

Attachés à la laïcité, nous avons subi le discours de Latran, « le curé toujours supérieur à l’instituteur ». La laïcité qui est le socle du vivre ensemble en France depuis plus d’un siècle, n’a servi qu’à stigmatiser les musulmans.

 

Hostiles à l’impérialisme, au néocolonialisme, nous avons entendu avec stupéfaction le discours de Dakar, « les Africains pas encore entrés dans l’Histoire » et nous avons vu renaitre la Françafrique.

 

Au total nous estimons qu’en brouillant tous les repères et en fragilisant la société française face à la crise, par une politique fiscale et sociale injuste et inadaptée à la situation, Nicolas Sarkozy, victime de ses manœuvres a précipité bien des Français vers le Front national.

 

En tant que Français à l’étranger nous avons subi la dégradation du service public consulaire, le harcèlement administratif des binationaux, la baisse des aides sociales, l’explosion du coût de la scolarité qui a résulté de la démagogique mesure de prise en charge que le candidat promet maintenant d’étendre aux classes de collèges alors qu’elle n’est déjà plus financée pour celles du lycée.

 

Nous avons aussi subi les contrecoups d’une politique étrangère erratique.

 

Ces cinq années ont vu bafouées toutes les valeurs que nous défendons alors que pour ce second tour elles sont portées par François Hollande qui se réfère inlassablement à des principes fondamentaux dans lesquels nous nous reconnaissons.

 

La République respectée dans ses Institutions, et bientôt renforcée par la renaissance du service public, richesse de tous.

 

La justice sociale restaurée par une réponse à la crise économique et une réduction de la dette publique fondée sur une politique dynamique favorable aux classes moyennes et populaires et par le rétablissement de la justice fiscale.

 

La priorité donnée à la jeunesse, l’école républicaine à reconstruire, la formation professionnelle à développer, l’emploi à soutenir.

 

L’ardente obligation de rendre du travail à tous les actifs par la ré industrialisation qui naitra de la recherche et de l’innovation.

 

Français à l’étranger nous retrouverons progressivement un service consulaire modernisé doté des agents nécessaires à son fonctionnement, un système d’aide sociale fondé sur la solidarité nationale, un appui à la recherche d’emploi, une aide à la scolarité fondée sur les critères sociaux, les seuls qui garantissent l’accès à l’école française pour tous ceux qui le souhaitent.

 

Nous serons soutenus dans le développement des alternatives à l’école française adaptées à nos situations diverses : programme FLAM, sections bilingues…

 

Parmi nos adhérents toutes les couleurs de la gauche se retrouvent : les uns ont voté Eva Joly, les autres Hollande, certains se sont reconnus en Mélenchon, d’autres ont été fidèles à l’extrême gauche et certains plus centristes ont voté pour François Bayrou.

 

Pour le deuxième tour, il n’y aura que deux bulletins de vote… et les réserves de voix sont abondantes.

 

Votez et faites voter ceux qui n’ont pas participé au premier tour.

Partager cet article
Repost0

L'AEFE engage une politique d'égalité entre les femmes et les hommes

Publié le par FrançaisduMonde.adfe.conesud

Dans le cadre de la journée des Droits des femmes du 8 mars, l'Agence pour l'enseignement français à l'étranger (AEFE) s'engage dans une politique promouvant l'égalité entre les femmes et les hommes.

En tant qu’opérateur éducatif à l’international et établissement public national, l’AEFE participe au combat pour l’égalité entre les femmes et les hommes. L’Agence est engagée dans une dynamique pour faire progresser la culture de l’égalité entre les filles et les garçons dès l’enfance et pour mettre en œuvre l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes.

Lire la suite sur le site de l'AEFE:

Politique d’égalité entre les femmes et les hommes

Partager cet article
Repost0

Editorial de Jean-Yves Leconte

Publié le par FrançaisduMonde.adfe.conesud

Nous reproduisons l'éditorial de la lettre d'information d'août-septembre 2021 de  Jean-Yves Leconte, sénateur des Français établis hors de France. M.Leconte fait le point sur la vaccination et l'accès au passe sanitaire, de l'aide Covid, des élections consulaires qui se sont déroulées en juin ainsi que du rôle, fondamental, que jouent les conseillers représentant les Français de l'étranger, premier échelon des élus au plus près de leurs compatriotes.

La session parlementaire 2020-2021 s’est clôturée avec le vote élargissant l’usage du passe sanitaire et la durée de l’usage de celui-ci. Nous étions alors dans l’attente de la mise en place des annonces du gouvernement sur la transposition des certificats de vaccination étrangers... La cellule du quai d’Orsay s’est alors mise en place au début août et a progressivement délivré ces précieux QR codes.
 
Sur ces questions comme la vaccination, le fonctionnement des aides Covid ou tout autre sujet, le gouvernement semble depuis maintenant plus de 6 mois refuser toute concertation avec d’autres élus que ceux de sa majorité. Aucune ? Non. Ainsi le 9 septembre, nous étions réunis en visioconférence au sujet de la tenue des élections partielles sur les circonscriptions de Tananarive, Delhi et Pondichéry. Repoussées pour des raisons sanitaires, le gouvernement venait de s’apercevoir qu’il ne s’était pas donné les moyens de tenir ces élections partielles en respectant la loi ! Il avait donc besoin de complices…
 
Deux mois après le vote de la loi, près d’un mois après les annonces en Conseil de Défense, le gouvernent n’a pas mis en œuvre l’ensemble des mesures annoncées. Que dire, par exemple, de l’annonce du ministre de la Santé le 26 août 2021, relayée immédiatement par tweet par Jean-Baptiste Lemoyne ? Cette annonce confirmant la possibilité d’obtenir un passe sanitaire si vous avez reçu une dose de sérum ARN-m, après avoir été vacciné deux fois par des vaccins non reconnus par l’Agence Européenne du Médicament dans votre pays de résidence. Mais gouverner n’est pas tweeter et cette annonce n’est toujours pas mise en œuvre par la cellule du Quai d’Orsay plus de trois semaines après la décision !!! Quel intérêt d’utiliser un Conseil de Défense, si ses décisions mettent ensuite plus de trois semaines à infuser dans l’administration ? On frémit si nous étions en guerre…
 
Et que dire de la recommandation de la Haute Autorité de Santé sur le besoin d’une dose ARN-m après une vaccination unidose Janssen ? Ce sérum a été le plus utilisé auprès de nos communautés françaises à l'étranger. Sera-t-il suivi d’une nouvelle dose ? Et que faire pour les moins de 18 ans ? L’absence de concertation du gouvernement nous empêche d’être fixé sur ces questions. Seuls, peut-être, les élus de la majorité sont-ils informés ? Car envers eux, tout comme pour soutenir les candidats « En Marche », les ministres sont mobilisés. L’esprit républicain, lui, s’est évaporé.
 
Après une élection consulaire qui a vu l’usage du vote par internet devenir très majoritaire auprès des Français vivant hors de France, une élection sénatoriale en fin de semaine, des élections en Inde et à Madagascar, puis le renouvellement de l’AFE, les instances représentatives des Français de l’étranger seront profondément renouvelées. C’est par l’élection de femmes et d’hommes de terrain qu’elles pourront conserver, multiplier leur efficacité, s’adapter aux besoins et faire prendre en compte nos préoccupations par l’exécutif. Face à un gouvernement peu enclin à mener des concertations et à rechercher les observations de terrain, j’espère que des personnes déjà imprégnées au quotidien de nos préoccupations et prêtes à exprimer leur avis sans concession viendront nous rejoindre dans notre action lors des prochaines échéances. Nous avons de nombreux combats à mener. Celui de l’accès à l’enseignement français et aux moyens assurant sa qualité. Celui de l’accès à l’assurance maladie, en particulier pour les pensionnés français, singulièrement touchés par les décisions prises en 2018-2019 par le gouvernement et l’Assemblée nationale, portant une exigence de 15 ans de cotisation en France pour conserver une assurance maladie lorsqu’on est retraité français à l’étranger. Des milliers de Françaises et de Français sont actuellement sortis du système, parfois au mépris des conventions sociales bilatérales signées entre la France et leur pays de résidence.
 
Enfin les élu.e.s des Françaises et Français vivant hors de France ont une mission spécifique : apporter la diversité des visions du monde dans nos débats et nos décisions parlementaires. Être à l’écoute du monde, de nos pays de résidence, de leurs populations est essentiel pour permettre à notre pays d’agir au mieux à l’international. Du Sahel à l’Australie, écouter, respecter, tenter de comprendre nos partenaires est indispensable à notre réussite et à la défense des intérêts de notre pays. Puissions-nous mieux y parvenir dans la prochaine période !
 
Jean-Yves Leconte
Sénateur représentant les Français établis hors de France 
 
Partager cet article
Repost0

Les fonctions du conseiller des Français de l'étranger

Publié le par FrançaisduMonde.adfe.conesud

Dans cet article, vous pourrez apprécier toutes les facettes du rôle qu'accomplit le conseiller des Français de l'étranger dans l'exercice de ses fonctions ainsi que des messages écrits par des sénateurs des Français de l'étranger concernant cette fonction.

Le conseiller des Français de l’étranger (naguère appelé conseiller consulaire), est le représentant de ses compatriotes auprès de l’Ambassade et du consulat ; il est leur interprète et leur défenseur auprès d’eux. Il s’agit d’un élu de proximité, d’un élu local, un relais des citoyens auprès des représentants de l'État à l'étranger (via les postes diplomatiques ou consulaires ( incluant donc les consuls honoraires).

Il est élu pour 6 ans au suffrage universel direct. En Argentine, ils sont au nombre de quatre.

 

Il participe aux réunions suivantes.

Trois conseils consulaires qui se déroulent régulièrement dans l' année et où l'on présente un rapport sur la situation de la circonscription consulaire donnant lieu à l'établissement d'un procès-verbal consultable.
Deux commissions des bourses scolaires annuelles.
La réunion annuelle concernant la protection et à l'action sociales ( CCPAS), avec, entre autres choses, l'attribution d’allocations ou de secours aux Français âgés, handicapés et/ou en forte difficulté financière, à l'enfance en détresse.
La réunion annuelle concernant la sécurité.
Les réunions concernant la formation professionnelle et l'apprentissage traitant de la répartition du budget et des moyens destinés à favoriser l’emploi, de l’implantation des entreprises françaises. On peut y proposer des actions pour améliorer la situation professionnelle des Français .
Les trois conseils d’établissement annuels des établissements scolaires franco-argentin du réseau de l’AEFE ( Agence pour l'enseignement du Français à l'étranger)
Les réunions avec les représentants officiels de la France ( environ 3 à 4 par an) et celles concernant les organismes d’entraide et de solidarité (Fondation pour les Français d’Argentine).
 

Il est présent:

- lors des commémorations annuelles officielles ( 8 mai, 14 juillet, 11 novembre);

- au moment des visites officielles de représentants de L’État;

- quand ont lieu des événements organisés par l’Ambassade et le Consulat ( pour des associations, des personnes importantes, etc.).

 

Il tient une permanence hebdomadaire sur rendez-vous au consulat pour traiter tous types de question avec les membres de la communauté française ( retraite, impôts, affaires légales, affaires diverses) où il conseille et apporte son aide. Il est en contact avec les diverses administrations françaises afin de gérer leurs dossiers.


Le conseiller peut être consulté sur toute question concernant les Français établis dans la circonscription.

 

Voir aussi sur le site de Français du monde

Conseiller des Français de l'étranger

 

Et sur le site du Consulat général de France à Buenos Aires:

Des conseillers des Français de l’étranger, pour quoi faire ?

 

 

 

 

Sur le site d'Hélène Conway-Mouret, sénatrice des Français établis hors de France, retrouvez son point de vue sur le rôle des conseillers des Français de l'étranger et la formation des élus locaux.

 

Quel rôle pour nos conseillers des Français à l’étranger? Mon interview pour le journal des Français à l’étranger

 

Formation des élus locaux à l’étranger : mon intervention en séance

 

Droit de réponse à propos du rôle des conseillers consulaires

 

Conciliation par les conseillers consulaires de leur mandat et de leur vie professionnelle

 

Revalorisation des indemnités

 

Sur le site de Jean-Yves Leconte, sénateur des français établis hors de France, retrouvez deux textes concernant la réforme de la représentation des Conseillers consulaires.

 

Le Sénat renforce le rôle des Conseillers consulaires : adoption de deux propositions de loi.

 

Partager cet article
Repost0

Une journée réussie

Publié le par FrançaisduMonde.adfe.conesud

  Samedi 31 mai, à l’invitation des sections de Buenos Aires de FDM-ADFE et du Parti socialiste français, une quarantaine de personnes ont bravé le froid pour se retrouver au siège du Parti socialiste argentin afin d’accueillir, écouter et échanger quelques propos avec Mme Monique Cerisier Ben Guiga, sénatrice des Français à l’étranger de passage en Argentine.

   Ambiance détendue, autour des traditionnelles « empanadas », de sandwichs bien typiques de l’Argentine et d’un bon vin, mais assemblée attentive. Mme Ben Guiga n’a pas manqué de souligner l’importance de ce type de réunion d’autant que la qualité des personnes présentes témoignaient de la richesse et la diversité de notre communauté : délégué à l’AFE, personnel des services culturels ou consulaires, journalistes, enseignants, commerçants, artisans, artistes…

   Répondant aux nombreuses questions, Mme Ben Guiga a fait un tour d’horizon général de la situation des Français à l’Etranger sous la présidence Sarkozy avec toutes les craintes que cela suscite pour les gens de la gauche : politique consulaire et de l’Agence pour l’enseignement du français à l’étranger, sur fond de restriction budgétaire, réflexion concernant les Français d’Argentine, situations plus personnelles, difficultés rencontrées au quotidien par nos compatriotes, Beaucoup de sujets furent évoqués !

   Au sujet des futures élections pour l’Assemblée des Français à l’étranger prévues en 2009, Mme la Sénatrice a insisté sur l’importance de mobiliser le maximum de personnes pour aller voter.

   A la fin de cette réunion chaleureuse, Mme Ben Guiga n’a pas manqué d’insister sur la réussite de cette rencontre ce qui montrait bien qu’il était possible de mobiliser les gens de gauche et que ce nouvel élan donné ne devait aucunement s’arrêter là.

   Signe de succès de cette journée ? Les promesses d’adhésion émises par de nombreuses personnes et qui, nous l’espérons, deviendront réalité d’ici deux mois.

 

Section FDM-ADFE de Buenos Aires

Partager cet article
Repost0

De l'importance du Sénat

Publié le par FrançaisduMonde.adfe.conesud

A l'occasion du renouvellement de la moité des sièges du sénat qui s'est déroulé en septembre dernier, Mme Conway-Mouret, sénatrice des Français établis hors de France, nous rappelle l'importance fondamentale de cette institution dans le fonctionnement institutionnel de notre pays.

Alors que les élections sénatoriales du 27 septembre ont renouvelé la moitié du Sénat, la sempiternelle question sur l’utilité de celui-ci est posée. Il en était de même aux États-Unis, lors de sa création, quand Jefferson demanda à Washington de lui expliquer pourquoi il avait accepté l'idée d'une seconde chambre. «À quoi peut bien servir le Sénat ?» lui demanda-t-il, une tasse de thé à la main, pendant qu'il en versait le contenu dans une autre tasse pour le refroidir. «Vous venez de répondre à votre propre question» lui répondit Washington. «Le Sénat est la tasse dans laquelle nous versons les textes législatifs pour les laisser refroidir.» En France, les arguments invoqués en faveur du bicamérisme reposent sur l’équilibre des pouvoirs, le contrôle de l’application des lois et la nécessité de traduire la représentation territoriale de notre pays.
Une formule ne s’use que si l’on ne s’en sert pas. Ainsi le Sénat est régulièrement décrit comme « un contre-pouvoir et non un anti-pouvoir ».  Une façon d’expliquer qu’il n’est pas en opposition systématique avec un gouvernement en place, mais un contrepoids nécessaire à l’équilibre démocratique du pays. Les relations entre ce dernier et l’exécutif oscillent toujours entre incompréhension et méfiance. La commission d’enquête sénatoriale sur l’affaire dite «Benalla», créée à l’été 2018, a laissé des traces. Plus que jamais, le Sénat revendique sa singularité, son caractère «non aligné», et se montre comme le seul organe à pouvoir assumer pleinement le pouvoir parlementaire alors que l’Assemblée nationale est forcément bridée par sa solidarité avec l’exécutif. Il n’est pas non plus une force d’obstruction, comme certains voudraient le présenter. Depuis le 1er octobre 2017, près de 75 % des textes législatifs adoptés l’ont été par accord entre les deux Chambres et 62 % des commissions mixtes paritaires entre députés et sénateurs ont connu une issue positive. Le chiffre a même atteint 69,6 % (16 sur 23) en 2019-2020 ! Les sénateurs y amènent leur culture du compromis pour marquer de leur empreinte les textes finalement votés. Même en cas de désaccord entre les deux Chambres, plus de la moitié des amendements adoptés par les sénateurs – hors textes financiers – sont conservés par l’Assemblée depuis 2017.
Fier de l’ancrage local de ses élus, le Sénat aime se considérer comme une vigie de la République, un capteur de signaux faibles. Il a lancé l’alerte, dès décembre 2017, sur la taxe carbone et le ras-le-bol des Français. Il n’a pas davantage été entendu sur les Aéroports de Paris (ADP). Droite et gauche votent peu ensemble. Mais il existe des convergences comme le refus de la privatisation d’ADP, au nom du refus de l’abandon de notre souveraineté économique ou la défense des collectivités locales.
Toujours prompt à dénoncer les arrière-pensées politiques du Sénat, l’exécutif sait aussi saluer son esprit de responsabilité, notamment dans la crise sanitaire. Il apprécie aussi la qualité du travail fourni. La preuve : depuis 2017, dix-huit propositions de loi sénatoriales ont ensuite été votées par les députés et adoptées définitivement.
Qui a dit que le Sénat ne servait à rien ? Soyez convaincu que ce bicamérisme est une chance pour notre démocratie ! J’ai voulu démontrer que notre assemblée est un lieu d’échanges, de propositions, de contrôle et de débat. Je reprendrais volontiers cette phrase de Victor Hugo, pourtant farouche opposant au Sénat conservateur, dans une lettre datée de 1848 : « L’institution d’une assemblée unique me paraît si périlleuse pour la tranquillité et la prospérité d’un pays que je n’ai pas cru pouvoir voter une constitution où ce germe de calamités est déposé. Je souhaite profondément que l’avenir me donne tort ». 

Hélène Conway-Mouret

Partager cet article
Repost0

Inauguration de la plaque en hommage aux membres de la communauté du lycée Jean Mermoz et du Collège français victimes de la dictature en Argentine

Publié le par FrançaisduMonde.adfe.conesud

De nombreux membres de notre section étaient présents lors de l'inauguration de la plaque le 10 décembre 2012.

 

Afiche Liceo

 

 

Pour Marie-Anne Erize Tisseau, Alejandra Lapaco, Cecilia Rotemberg, Elena Maria Ungar, Claudio Cesar Adur, Yves Domergue et Ruben Rosemberg

 

 

 

 

P1000780.JPG

 

Le 10 décembre est le jour international des Droits de l'homme.

Aucune journée symbolique ne pouvait mieux représenter la date de l'inauguration de la plaque en mémoire aux personnes de la communauté du Collège français et du Lycée Jean Mermoz de Buenos Aires lesquelles payèrent au prix de leur vie leur combat inégal contre le gouvernement putschiste et totalitaire argentin (1976-1983).

Mme Sabine Dubernard, proviseure du lycée a donc accueilli M. Jean-Pierre Azvazadourian, ambassadeur de France en Argentine, accompagné de nombreux représentants officiels de l’Etat français. Un public nombreux où se mêlaient les origines françaises, argentines et franco-argentines occupait le hall d’entrée du lycée. Enfin, et surtout, des proches et des membres des familles des disparus étaient présents en ce moment solennel.

Des nombreux discours prononcés durant cette cérémonie, il en est ressorti une profonde émotion, un grand recueillement et un énorme soulagement.

 P1000775

Discours de M.l'Ambassadeur

 

Soulagement de savoir que ces victimes de la barbarie ne tomberont jamais dans l'oubli, que leur combat n'aura pas été vain, que leur nom restera à jamais associé à celui de la lutte pour la liberté; liberté de ceux qui n'hésitèrent pas à dire "non", quel qu'en soit le prix à payer.

 

P1000778.JPG

Inauguration de la plaque

 

Ce travail de mémoire n'aurait jamais abouti, comme l'a rappelé si justement notre ambassadeur dans son discours, sans l'abnégation des membres du groupe "Placa".

Grâce à eux, ce 10 décembre 2012, qui n'aurait été pour notre communauté qu'un jour de plus parmi les autres pour les Droits de l'homme, restera désormais et à jamais gravé dans nos mémoires.

 

 

Français du monde-ADFE Section de Buenos Aires

 

Voir aussi dans notre blog

 

http://www.fdmadfeconesud.com/article-ceremonie-en-souvenir-des-victimes-de-la-dictature-du-lycee-et-du-college-fran-ais-au-lycee-mermoz-112529088.html

Publié dans Argentine

Partager cet article
Repost0

L'enseignement français à l'étranger face à la pandémie du coronavirus (Actualisation n°18)

Publié le par FrançaisduMonde.adfe.conesud

La crise mondiale et sanitaire déclenchée par le coronavirus a de lourdes conséquences pour l'enseignement français à l'étranger puisque pratiquement tous les établissements ont dû fermer à un moment où à un autre. Nous vous proposons un ensemble d'articles faisant le point sur la situation actuelle.

Nouvel article

Sur le site d'Hélène Conway-Mouret, sénatrice des Français établis hors de France

En avril 2020, j’ai questionné le Secrétaire d’Etat Jean-Baptiste Lemoyne sur la stratégie envisagée par le ministère de l’Europe et des affaires étrangères pour aider nos établissements français à l’étranger et les familles durant cette crise sanitaire et financière. Question à laquelle je n’ai obtenu de réponse qu’un an après...

Ma question écrite sur le soutien à nos établissements français à l’étranger et aux familles

Et aussi

Deux nouveaux articles sur le site de Jean-Yves Leconte, sénateur des Français établis hors de France.

 

Réponse à ma question orale portant sur la radiation de l’AEFE de la liste des organismes divers d’administration centrale

Mon courrier à Jean-Baptiste Lemoyne sur le paiement des tests PCR rendus obligatoires pour les élèves de certains établissements scolaires français à l’étranger

Le 29 janvier 2021, j’ai participé au premier « conseil interministériel d’orientation de l’enseignement français à l’étranger ». Quelle déception ! Il aurait fallu être plus « méfiant ». La convocation, arrivée quelques jours auparavant, ne faisait aucune description d’un conseil dont c’était la première réunion et dont nous apprenions l’existence à la lecture de la convocation qui ne donnait aucune information précise sur la liste des participants.

Lire la suite:

Enseignement français à l’étranger : succès, risques et besoins

Sur le site des Français.press

Premier conseil d’orientation pour l'Education à l'étranger

Sur le site du journal numérique des Français à l'étranger.fr

L’enseignement du français à l’étranger, priorité réaffirmée

 

Le réseau FLAM dans la tourmente.

A lire cet article paru dans le journal numérique des Français à l'étranger.fr sur la situation du réseau Flam durant la pandémie.

le Réseau FLAM Monde a adressé le message suivant aux Parlementaires des Français de l’étranger ainsi qu’au Président de l’Assemblée des Français de l’étranger (AFE) et aux Présidentes des commissions Enseignement et Finance, budget, fiscalité de l’AFE.

Lire la suite:

Diffusion d’un message du réseau FLAM aux parlementaires des Français de l’étranger

Toujours sur le site de Jean-Yves Leconte, lire aussi cet article demandant une campagne de vaccination pour le personnel diplomatique et celui fréquentant les établissements scolaires à l'étranger.

Mise en place d’une campagne de vaccination pour les personnels de nos postes diplomatiques et les personnes qui fréquentent nos écoles à l’étranger : mon courrier à Jean-Baptiste Lemoyne

Sur le site d'Hélène Conway-Mouret, sénatrice des Français établis hors de France.

Dans le cadre de la commission des Affaires étrangères et de la Défense, j’ai auditionné avec mes collègues, le directeur de l’AEFE. J’ai interrogé Monsieur Brochet sur les crédits des bourses pour 2021 sur l’éventuelle révision des critères d’attribution des bourses pour aider les nombreuses familles en difficulté. Je l’ai aussi questionné sur la nouvelle organisation administrative et financières à Munich qui regroupera les établissements de Francfort et de Berlin.

Lire la suite:

Mes questions lors de l’audition d’Olivier Brochet sur les crédits à venir pour le PLF 2021

J’avais déposé un amendement pour augmenter les crédits de 10 millions d’euros en faveur des bourses scolaires, pour aider les familles des élèves touchées par la crise sanitaire et économique. Mon amendement a été retiré, le ministre ayant annoncé un report de 30 millions d’euros pour l’année prochaine.

Lire la suite:

mon amendement pour augmenter l’enveloppe des bourses scolaires pour les élèves scolarisés dans les établissements AEFE

Sur le site de Jean Yves Leconte, sénateur des Français établis hors de France

Le 27 août dernier était publiée au Journal officiel ma question au ministre de l’Europe et des Affaires étrangères sur les personnels détachés vers l’AEFE sans possibilité de rejoindre son lieu de travail. Elle vient de recevoir une réponse publiée ce jour dans le JO dont voici le contenu :

Lire la suite:

¨Personnel détaché n'ayant pas la possibilité de rejoindre leur poste de travail

Sur le site des Français à l'étranger.fr

AEFE: “Financièrement et diplomatiquement, ce système ne peut pas se développer”

AEFE : Les écoles françaises à l’étranger à l’épreuve du Covid-19

Sur le site de Français du monde-ADFE

L’enseignement français à l’étranger, le réseau culturel et la francophonie, fragilisés par la crise sanitaire

Sur le site des Français à l'étranger.fr

AEFE : une rentrée scolaire semée d’embûches pour les établissements

 

 

Sur le site de Jean-Yves Leconte, sénateur des Français établis hors de France, retrouver des informations au sujet du plan de soutien et des bourses scolaires.

C’est au détour de l’examen de la loi de finances rectificative que nous pouvons comprendre les raisons de la faiblesse du plan de soutien à l’AEFE et à ses établissements : certains députés de la majorité n’en veulent tout simplement pas. Et parmi ceux-ci, il y a des députés des Français de l’étranger !

Faiblesse des plans de soutien

J’ai écrit le 16 juin dernier 2 courriers, l’un à destination du ministre de l’Europe et des Affaires étrangères et l’autre pour le secrétaire d’Etat auprès du ministre, pour leur demander des précisions sur la façon dont les crédits exceptionnels affectés à l’AEFE et au système des bourses scolaires seraient utilisés.

Attribution des bourses scolaires

Sur le site de Richard Yung, lire cet intéressant échange concernant les conséquences de la crise sanitaire au sein de l'AEFE.

Cliquer sur:

Impact de la crise sanitaire

 

 

Publié dans Coronavirus

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 4 > >>