Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

argentine

Ouverture de la campagne des bourses scolaires 2022 en Argentine

Publié le par FrançaisduMonde.adfe.conesud

La campagne de bourses scolaires 2022 (rentrée scolaire de février 2022) sera ouverte du 1er juillet au 11 août 2021.

Les familles désireuses de poser un dossier sont invitées à consulter la page internet de l'ambassade au lien suivant : https://ar.ambafrance.org/Bourses-scolaires-pour-les-residents-francais-en-Argentine, afin de prendre connaissance des modalités de dépôt de dossier et des justificatifs sollicités à cet effet.

Informations générales

Du fait des conditions sanitaires, les rendez-vous avec l’équipe du bureau social ne pourront pas avoir lieu. Les familles sont invitées à déposer leur dossier complet dans une enveloppe fermée au Consulat général, dans la boite aux lettres ou à l’agent de sécurité, directement ou par coursier à Basavilbaso 1253, CABA, du lundi au vendredi entre 9h et 13h et 14h et 17h.

Les dossiers envoyés par mail ne pourront pas être traités compte tenu de la trop grande importance des pièces jointes.

Pour toute question, les familles peuvent contacter les services du consulat par courriel à : service-social.buenos-aires-cslt@diplomatie.gouv.fr

Dès que les conditions sanitaires le permettront, une visite à domicile sera effectuée afin d’évaluer de façon plus précise la situation de la famille. De même, certaines familles, notamment pour les premières demandes, pourront se voir proposer un rendez-vous au Consulat.

Quelques rappels

Les dossiers incomplets à la date du dépôt se verront rejetés, conformément aux instructions. Les familles en provenance de France devront présenter le certificat de radiation de la Caisse d’Allocation Familiale (CAF), au moment du dépôt du dossier sans quoi la demande ne pourra être acceptée.

Si vous désirez retirer un dossier vous pourrez soit contacter les services du consulat soit directement en cliquant le lien suivant: Campagne bourses scolaires 2022

Toute l'équipe de Français du monde-ADFE reste à votre disposition pour toute aide. Vous pouvez nous écrire à: franceenargentine@gmail.com

 

Publié dans Argentine

Partager cet article
Repost0

La santé en Argentine

Publié le par FrançaisduMonde.adfe.conesud

Le site français International santé.com, spécialisé dans les comparaisons d'assurances expatriées francophones nous a contacté afin de publier un texte intitulé "La santé en Argentine" qui vous donne une vision très complète sur le système de santé argentin.

  1. Le système de santé en Argentine

Il faut savoir que le système de santé argentin est considéré parmi les meilleurs d’Amérique Latine. Dans les grandes villes, les cliniques et hôpitaux ont une excellente réputation pour le niveau de soins apporté et le personnel compétent. Cependant, dans d’autres provinces, et notamment dans le Nord du pays qui est moins riche, la qualité des soins semble être incertaine et certains établissements se retrouvent en manque de personnel et d’équipements médicaux.

Il faut cependant comprendre cette réputation dans le contexte sud-américain plus global et non dans un contexte de système de santé européen. Les inégalités peuvent y être extrêmes et les écarts entre public et privé sans commune mesure avec ce que l’on connait.

Le système de santé argentin se fixe comme objectif premier d’être universaliste. Un article de la constitution prévoit que l’État garantisse un accès à la Sécurité Sociale pour tous ses habitants et même pour les étrangers dans les hôpitaux publiques.

En Argentine, l’organisme équivalant à la Sécurité Sociale est appelé ANSES (Administracion nacional de la seguridad social). Elle s’occupe des prestations familiales, de vieillesse, d’invalidité, de décès et de chômage. Le SRT (Superintendencia de riesgos del trabajo) quant à lui s’occupe des accidents du travail et des maladies professionnelles. La SSSalud (Superintendencia de Servicios de Salud) est l'organe responsable de la régulation et du contrôle des acteurs du SNSS (Sistema Nacional del Seguro de Salud) dont l'objectif est d'assurer le respect des politiques Nationales des prestations de santé établies dans la législation en vigueur.

Étant donné que l’Argentine est un système fédéral, le système de santé est décentralisé. En effet, l’assurance maladie publique est administrée à l’échelle provinciale et les soins de santé primaires sont généralement gérés de façon autonome dans chaque ville, en rapport avec le ministère de la Santé nationale.

On peut distinguer trois secteurs de la santé :

  • Le secteur public : L’assurance maladie fournit des soins de santé gratuitement à toute la population. Les soins médicaux ainsi que les soins hospitaliers, dentaires, de réadaptation et les transports médicaux sont conférés gratuitement. Seuls les médicaments font l’objet d’une participation de la part du patient à hauteur de 30 à 60%. Quant au patient hospitalisé, il doit participer au paiement de quelques médicaments. Les soins ambulatoires sont gratuits mais pas les médicaments.

  • Las obras sociales (caisses d’assurances des salariés) : Il existerait environ 300 caisses d’assurances des salariés en Argentine, elles couvrent exclusivement le secteur salarié et sont financées par les cotisations des employeurs et des employés. Ces caisses doivent garantir au moins aux salariés une couverture médicale minimale obéissant au programme médical obligatoire. En outre, elles ne peuvent exclure les antécédents médicaux des bénéficiaires.

  • Le secteur privé : Il faut souscrire à une assurance santé privée pour accéder aux soins du secteur privé. Environ 5% de la population opte pour ces assurances. Les assurances santé privées sont tenues de couvrir les mêmes prestations de santé obligatoires que las obras sociales et peut offrir une couverture plus élevée dans le cadre du régime souscrit.

  1. Les coûts médicaux

Le secteur de santé public confère à ses habitants affiliés à la Sécurité Sociale des soins gratuits, seuls les médicaments font l’objet d’une participation financière.

Les tarifs médicaux privés varient en fonction des provinces.

A cause des forts taux d’inflation en Argentine, beaucoup de médecins augmentent leurs honoraires. Un rendez-vous avec un médecin généraliste vous coûtera entre 15 et 20 euros, un rendez-vous avec un spécialiste entre 20 et 40 euros. Un dentiste vous prendra le même tarif. La pose d’un pivot ou d’une couronne peut coûter entre 200 et 300 euros.

  1. L’assurance santé locale

Les étrangers peuvent souscrire à une assurance en Argentine pour bénéficier d'une couverture maladie privée avec des coûts allant de 40 à 50 dollars par mois pour les régimes de base et jusqu'à 100 dollars pour un régime plus complet. Vous n'avez pas besoin d'un visa ou d'un statut de résidence particulier: il vous suffit de présenter une pièce d'identité, choisir la formule qui vous convient et payer l'abonnement mensuel.

Évidemment, le niveau de soins auquel vous aurez le droit dépendra de votre âge, de vos antécédents médicaux, de votre budget et de vos besoins personnels. Sachez que toutes les assurances de santé privées en Argentine ne vous couvrent pas forcément dans tout le pays. Certaines formules d'assurance sont très localisées. Une assurance privée vous donnera aussi la possibilité de consulter librement tous les médecins en cabinet libéral inscrits dans cette assurance ou éventuellement être remboursé s'ils ne forment pas partie de ce cadre.

En outre, l'assurance santé privée ne constitue pas une garantie complémentaire, mais bien une alternative au système de santé public, permettant de pouvoir accéder si besoin à d'autres établissements de santé. Celle-ci vous permettra d'accéder aux établissements privés, et de bénéficier du remboursement de vos soins qui sont souvent onéreux.

Sachez que le concept de mutuelle en Argentine n'est pas le même que celui en France. Si vous êtes à la recherche d'une couverture médicale sur le territoire argentin, vous laissant le choix de vos médecins ou hôpitaux, ce n'est pas une assurance locale qu'il vous faut. Il vous faudra une assurance santé internationale.

  1. Choisir une assurance internationale

En général, l'assurance santé internationale est la plus adéquate au mode de vie des expatriés. Ce type d'assurance vous permettra, en cas de problème de santé, de vous faire soigner dans un autre pays que l'Argentine.

Si vous êtes multi expatrié, cette assurance continuera de vous suivre tout au long de vos périples dans d'autres pays. Alors qu'une assurance locale sera valable localement uniquement.

Si vous êtes affilié à la Sécurité Sociale française, vous pourrez également opter pour la Caisse des Français à l'étranger + une assurance santé complémentaire.

Le choix de votre assurance santé dépendra de vos besoins personnels, la meilleure assurance pour vous ne le sera peut-être pas pour un autre expatrié. alors, afin de choisir la meilleure assurance santé pour vous lancer dans cette belle aventure, nous vous conseillons de prendre en compte tous les critères qui vous semblent importants.

Sachez que le concept de mutuelle en Argentine n'est pas le même que celui en France. Si vous êtes à la recherche d'une couverture médicale sur le territoire argentin, vous laissant le choix de vos médecins ou hôpitaux, ce n'est pas une assurance locale qu'il vous faut. Il vous faudra une assurance santé internationale

L'essentiel à savoir avant de souscrire

Publié dans Argentine

Partager cet article
Repost0

Légalisation de l'avortement en Argentine

Publié le par FrançaisduMonde.adfe.conesud

Karine Gaudry, membre de notre section Français du monde-ADFE de Buenos Aires, était présente dans une multitude majoritairement féminine et jeune devant le sénat argentin pour assister au moment où la loi dépénalisant l'avortement était enfin votée. La présence de cette foule ne pourra nous empêcher de penser au risque de contamination du Covid. Il est un fait que, durant quelques heures, ce risque fut mis entre parenthèses et céda le pas à l'importance historique de cet évènement pour le pays.

Décrocher la lune, décrocher la loi

La lune, grosse, ronde, lumineuse, accompagne le destin des femmes.

Il est près d’une heure du matin lorsque j’arrive aux environs de la place du congrès.

C’est la fête. Il fait très chaud, pas comme en 2018 quand au bout d’une nuit de veille sous la pluie et dans le froid, il a fallu repartir les mains vides et le cœur lourd, le Sénat ayant rejeté le projet de loi. 

La vigile (vigilia, comme la Vigile pascale, ironie du langage) des filles est une véritable fête, une communion de femmes, en majorité jeunes, avec toutes un distinctif vert, vêtement, maquillage étincelant, cheveux, et bien sûr le (sacrosaint ?) foulard (pañuelo). Celui qu’on arbore fièrement pour se reconnaitre depuis 3 ans déjà, celui qu’on lève et qu’on agite pour symboliser la lutte. Un triangle de tissu, déjà symbole de lutte des mères de disparus de la dernière dictature, dans sa version immaculée. Des femmes, encore.

Il y a des jeunes hommes aussi, qui accompagnent, le plus souvent. Et de moins jeunes qui sont là pour vendre le Fernet, la bière, foulards et masques (mais : « si tu achètes, achète à une femme »). Et pour provoquer les quelques mouvements de foule violents auxquels j’assisterai, vite maitrisés par les hommes et femmes de la Defensoría del Pueblo, qui les entoure et les guide vers la sortie où les attend la police.

Un grand sentiment de confiance et de sécurité règne dans cette foule réunie pour obtenir le droit des femmes à disposer de leur corps. Tellement que les masques tombent trop souvent, leur port est intermittent, certaines ne les portent pas du tout. Le niveau de contagion sera élevé.

De l’autre côté des barrières qui tranchent la place du congrès en deux, les bleus clair (celestes en espagnol); musique sacrée et prières. Ceux qui s'auto-proclament  « pour la vie » (pro vida) comme si le mouvement des femmes était pour la mort…, des tueuses quoi !

A l’approche du vote, nous trouvons un espace accueillant pour assister à la retransmission du Sénat. Les filles écoutent les dernières interventions, applaudissent les arguments pour et huent les arguments contre, mais avec un respect démocratique édifiant. Étonnamment, chaque apparition de Cristina* provoque une ovation. Il est tard. On attend le vote. Les informations qui circulent sans cesse indiquent qu’il sera positif mais…

Enfin, le vote. Silence total, visages attentifs, tendus vers l’écran. Conscience de vivre l’histoire.

Et puis le cri.

Cri sacré des femmes argentines de Buenos Aires, solidaires des femmes des provinces les plus reculées, où les femmes sont moins libres, plus vulnérables. Embrassades (aïe aïe aïe, le covid) et larmes d’émotion. Ça y est. 45 ans après la France, les femmes argentines obtiennent le droit de disposer de leur corps et de décider d’être mères. Ou non.

Karine Gaudry

Merci à mes filles, Kenzo et Agathe, et à leurs amies, de m’avoir acceptée dans leur ronde.  

*Cristina Fernandez de Kirchner, actuelle vice-présidente de l’Argentine dont elle fut également présidente de 2007 à 2015.

Une vidéo prise au moment où la loi est votée.

Es ley!

Publié dans Argentine

Partager cet article
Repost0

« El Pibe », l’enfant chéri des Argentins

Publié le par FrançaisduMonde.adfe.conesud

Membre de la section de Français du monde de Buenos Aires, la journaliste Claude Mary vit à Buenos Aires et fut, notamment, correspondante du journal Libération. A l'occasion de la disparition de Diego Armando Maradona, elle a écrit cet article dans le journal Sud Ouest que nous vous publions en intégralité.

« Sans Diego, sans Dieu » ! Depuis 13h, un ruban noir est affiché sur toutes les chaines de télévision. Le printemps austral est définitivement endeuillé depuis l’annonce du décès de Diego Armando Maradona, figure légendaire du football, jusqu’à hier en convalescence dans la région du Delta – Tigre-  proche de la capitale argentine.

Le  30 octobre, les Argentins avaient retenu leur souffle, pour l’anniversaire de Diego, apparu pour l’occasion dans le stade du Club « Gimnasia », vide de public pour cause de crise sanitaire. Avec une petite mine, il fêtait ses 60 ans, accueilli par le président de la Fédération argentine. La fête avait été de courte durée, avec autant d’hommages que d’inquiétudes sur l’état de santé du légendaire numéro « Diez ». Opéré d’un hématome au cerveau, ses supporters avaient veillé jour et nuit devant son hôpital où il avait bénéficié d’une amélioration mais ce mercredi,  son cœur n’a pas tenu.

Diego, el pibe de oro –le  gamin en or- comme l’appellent affectueusement les Argentins, aura tenu en haleine les amoureux du football de toute la planète. Tout enfant d’Afghanistan, de Turquie, du Sénégal connait au moins un mot « en argentin », c’est : Maradona !

Né en 1960 à Villa Fiorito, sur les terrains improvisés d’un bidonville de banlieue, il est alors  remarqué lors des journées de détection du club Argentino Juniors, intègre l’équipe des Cebollitas -les petits oignons- et devient très vite un « phénomène ». Jugé trop jeune pour faire partie de la Sélection lors de la Coupe du monde 78, il sera à la tête de l’équipe Argentina Junior peu après. En 1981, il rejoint l’équipe mythique de Boca Juniors, dite « un sentimiento » et l’un de ses entraineurs disait alors qu’à lui seul, Diego « valait deux joueurs ».

Son rêve de remporter la Coupe du Monde - et ce en Argentine- deviendra réalité en 1986, après la période à Barcelone. Puis ce sera Naples, ses meilleures années, ou dans la ferveur des quartiers populaires, Diego devient quasiment une icône religieuse. Suivront les multiples péripéties liées à ses déboires avec la drogue et aux ennuis de santé mais aux yeux des Argentins, rien ne pouvait entamer son image.

Plus tard, dans le stade de la Bonbonnière –pour sa forme en demi-cercle-  il aura sa loge et tout visiteur aura ressenti vibrer la passion des Argentins pour ce Club lorsqu’il arrivait, en spectateur, en cours de match, dévoilait son tatouage du Che Guevara sur le biceps droit, faisait tournoyer son maillot, tout le stade s’enflammant du chant des « hinchas » :  « Maradooooo … qui résonnait à des kilomètres.

Ce jour, dans son quartier, La Paternal, les voisins affluent, des familles, des enfants portant des cheveux noirs bouclés comme lui, larmes aux yeux. « C’est comme avoir perdu quelqu’un de notre famille ».  De centaines de bougies sont allumées sous des portraits géants et à La Boca, près de la Bonbonnière, sont  rassemblés des centaines de supporters. En fin de soirée, la plus grande marche aura lieu sur l’Avenue 9 de juillet, près de l’Obélisque avant que son corps ne soit veillé, avec tous les honneurs, à la Casa Rosada, Palais du Gouvernement.

Pour l’un des grands journalistes sportifs, l’Uruguayen Victor Hugo Morales : « Il était contestataire, et tel un syndicaliste, s’est battu en défense de la condition des footballeurs, et toujours du plus vulnérable. Il ne transigeait pas »

Pour le président, Alberto Fernandez,  « Diego nous a porté au plus haut du monde et nous a rendu énormément heureux. Nos compatriotes exigeaient de lui qu’il soit un modèle, oubliant parfois qu’il était un être humain » et pour Cristina Kirchner, vice-présidente, c’est une « immense tristesse, un très grand est parti ».

Il avait aussi été aux cotes des Organismes de Défense des droits humains et les Grands-Mères de la place de Mai ont rendu hommage au « Diego du peuple, celui qui réparait les injustices et la douleur d’autrui. Diego solidaire qui disait des vérités au grand de ce monde, sans avoir peur des conséquences. Merci, tu vivras dans notre mémoire. » En Argentine, le printemps s’est arrêté, la Coupe Libertador est suspendue et trois jours de deuil national ont été décrétés, pour un dernier adios  à  « Dieguito », à tout jamais dans le cœur de son peuple.

Claude MARY – à Bs Aires

Avec l'aimable autorisation du journal Sud Ouest.

Publié dans Argentine

Partager cet article
Repost0

Les courts métrages de Franck Clavière (2)

Publié le par FrançaisduMonde.adfe.conesud

Franck Clavière est journaliste-reporteur d’images. Il s'est spécialisé dans l’étude comportementale animalière et l’interaction entre l’homme et les forêts. Il produit des courts métrages, donnant un maximum d’informations sur le sujet filmé; une vulgarisation scientifique afin de partager avec le plus grand nombre de personnes.

Actuellement confiné à Villa Carlos Paz, dans la province de Córdoba, Franck a bien voulu nous faire connaître quelques-uns de ses documentaires.

Aujourd'hui, nous nous rendons à la"Loberia de Punta Bermeja" à la découverte des lions de mer ou otaries ou loup de mer. La classification est large...

Ce film a été réalisé en 2019, les commentaires sont en espagnol.

Le loup de mer

Publié dans Argentine

Partager cet article
Repost0

L'ambassade de France en Argentine

Publié le par FrançaisduMonde.adfe.conesud

La section de Français du monde à Buenos Aires vous propose une petite visite du palais Ortiz Basualdo siège de l'ambassade de France en Argentine.

 

ambassade_de_france400-37ecc.jpg

Historia del Palacio 

  

La construcción del Palacio Ortiz Basualdo, concebido en 1912 por el arquitecto  francés Paul Pater, a quién se le debe en particular el monumento del Tigre Club, fue terminada en 1918.

Construido para la familia argentina Ortiz Basualdo, este palacio fue utilizado en 1925 como residencia oficial del Príncipe de Gales, quién manifestó su admiración por el confort y el carácter grandioso del edificio. Francia fue propietaria del Palacio en 1939. Desde entonces, es la sede de su embajada en Buenos Aires. Sin embargo, este importante monumento del patrimonio de Buenos Aires estuvo en riesgo de ser destruido, como otros inmuebles vecinos, hacia fines de los años 70. Solamente el esfuerzo del conjunto de los ciudadanos de Buenos Aires y del gobierno francés permitieron salvar el edificio de la demolición.

 

Histoire du Palais

   
La construction du Palais Ortiz Basualdo, conçu en 1912 par l’architecte français Paul Pater à qui l’on doit notamment le monument du Tigre Club, s’est achevée en 1918. Bâti pour la famille argentine Ortiz Basualdo, ce palais fut utilisé en 1925 comme résidence officielle du prince de Galles, qui manifesta son admiration pour le confort et le caractère grandiose de l’édifice. La France devint propriétaire du Palais en 1939. Depuis lors, c’est le siège de son ambassade à en Argentine. Toutefois, cet important monument du patrimoine de Buenos Aires a bien failli être détruit, comme d’autres immeubles voisins, vers la fin des années 70. Seul l’effort conjoint des citoyens de Buenos Aires et du gouvernement français aura permis de sauver l’édifice de la démolition.

 

facadered-5e5ad.jpg

 

Visita - El Palacio Ortiz Basualdo es un destacado ejemplo de la influencia francesa en la arquitectura argentina.

 

El planteo general del edificio es una adaptación del modelo del tradicional "hôtel particulier" francés, construido en cuatro niveles: el basamento, « la planta noble », la planta de habitaciones particulares y la mansarda. El esquema habitual de este tipo de palacios (un cuerpo central, alas laterales y pabellones de servicio en los extremos), se repite en este caso. La ausencia de patio de honor o de terraza refuerza la singular simetría del edificio. El elemento más original de este palacio es una alta torre cilíndrica en el ángulo del edificio, coronada por una cúpula recubierta de pizarra. Vista desde el final de la Avenida Alvear, esta construcción resulta de una llamativa elegancia. La decoración interior de la entrada principal, de la escalera de honor y los salones del primer piso (« la planta noble ») yuxtapone dos formas muy diferentes del arte decorativo, expresiones del estilo francés y del estilo inglés.

 

Visite du Palais - Le Palais Ortiz Basualdo est un remarquable exemple de l’influence française sur l’architecture argentine. Le plan général de l’édifice est une adaptation du modèle de l’hôtel particulier traditionnel français construit sur quatre niveaux : le soubassement, « l’étage noble », l’étage des appartements privés et la mansarde dévolue au personnel de maison. Le plan habituel de ce type de Palais (un corps central, des ailes latérales et des pavillons de service aux extrémités) se répète ici. L’absence de cour d’honneur ou de terrasse renforce la remarquable symétrie de l’édifice. L’élément le plus original de ce palais est une haute tour cylindrique à l’angle du bâtiment couronnée d’une coupole recouverte d’ardoise. Au débouché de l’avenue Alvear, cette construction est remarquablement élégante. La décoration intérieure de l’entrée principale, de l’escalier d’honneur et des pièces d’apparat du 1er étage (« l’étage noble ») juxtapose deux formes très différentes de l’art décoratif, expressions du goût français et du goût anglais.



LA ENTRADA PRINCIPAL Y EL VESTÍBULO

 

La entrada principal se encuentra en la parte inferior de la torre. Ese porche circular perforado por tres grandes puertas y un ventanal, permite descender de los automóviles a resguardo de la intemperie. Luego, es posible acceder al vestíbulo, igualmente circular, cuya decoración ha sido realizada en un rico embaldosado de mármoles policromos y de paredes revestidas por "boiseries" adornadas con pilastras corintias.

 

L’ENTREE PRINCIPALE ET LE VESTIBULE

 

L’entrée principale se trouve dans la partie inférieure de la tour. Ce porche circulaire perforé de trois grandes portes et d’une baie vitrée, permet de descendre des voitures à l’abri. Il est ensuite possible d’accéder au vestibule, également circulaire, dont la décoration est faite d’un riche dallage en marbres polychromes et de murs revêtus de boiseries ornées de pilastres corinthiens.

 

La biblioteca, con su apertura sobre el jardín, es de estilo gótico inglés. Su chimenea está adornada con motivos del « primer Renacimiento ».

 

La sala de billar o fumoir combina boiseries y cielo rasos de estilo Tudor, con una gran chimenea de mármoles policromos inspirada en el Renacimiento Francés. Allí pueden observarse antiguos mapas del Río de La Plata, así como los retratos de todos los embajadores franceses que se han sucedido en el Palacio Ortiz Basualdo desde la 2ª guerra mundial

 

La magnífica sala de baile o salón de honor

salon_red1-c1a4c.jpg

 

El salón chino con su apertura sobre el jardín, es de estilo gótico inglés. Su chimenea está adornada con motivos del « primer Renacimiento ». combina boiseries y cielo rasos de estilo Tudor, con una gran chimenea de mármoles policromos inspirada en el Renacimiento Francés. Allí pueden observarse antiguos mapas del Río de La Plata, así como los retratos de todos los embajadores franceses que se han sucedido en el Palacio Ortiz Basualdo desde la 2ª guerra mundial. es una interpretación del estilo Luis XV. La chimenea de mármol blanco, adornada con muy hermosos bronces cincelados, el gran panel central adornado por una pintura alegórica en el cielo raso y el detalle del medallón del cielo raso con figuras mitológicas, merecen igualmente una mención especial. Son también de gran interés las boiseries doradas, decoradas con instrumentos musicales, las arañas y los detalles de hierro forjado de las puertas y ventanas: constituyen destacados ejemplos de la calidad de los artesanos parisinos de comienzos del siglo XX, teniendo en cuenta que todos estos elementos fueron importados de Francia. Sobre la chimenea se ha colocado el busto del Rey de Francia Luis XVI.  es una reproducción muy brillante de una forma del estilo Luis XV, con motivos chinescos (« les chinoiseries ») que se utilizaron en la decoración de numerosos palacios y castillos franceses a mediados del siglo XVIII. Este salón, epicentro del edificio y punto de vista privilegiado tanto hacia el exterior como hacia el interior, está organizado alrededor de tres ejes:

_ El primero, hacia el pequeño palier cuadrado, el hall circular y la escalera de honor ;

_ El segundo, hacia el salón de baile, la sala de billar y la biblioteca;

_ El tercero, hacia el comedor y el jardín de invierno.

 

El comedor  es el mejor reflejo del estilo inglés en el Palacio Basualdo. Imita el comedor del Palacio Real de Oslo, y ha conservado íntegramente su decoración y su mobiliario, inspirados en el barroco inglés (siglos XVII y XVIII). La gran mesa permite recibir a 24 comensales. Es habitualmente utilizado en ocasión de los almuerzos y cenas oficiales de la embajada de Francia. Los cuadros que adornan las paredes son reproducciones de « Naturalezas muertas » del siglo XVII. Sobre la gran consola se observa el busto del Rey de Francia Enrique IV (muerto en 1610).


En el extremo del Palacio se encuentra un vasto salón con boiseries de estilo gótico (Edad Media francesa, siglos XIV- XV. Este salón fue concebido como « Jardín de invierno ». Su luminosidad y su piso de mármol permitían conservar allí plantas y arbustos. Este salón está adornado por cuatro hermosísimos jarrones de porcelana del siglo XIX decorados con escenas de la vida del Emperador Napoleón 1º.


La bibliothèque  avec son ouverture sur le jardin, est de style gothique anglais. Sa cheminée est ornée de motifs de la « première Renaissance ».


La salle de billard ou fumoir combine des boiseries et des plafonds de style Tudor, avec une grande cheminée de marbres polychromes inspirée de la Renaissance française. On peut y voir d’anciennes cartes du Río de La Plata ainsi que les portraits de tous les ambassadeurs français qui se sont succédé au Palais Ortiz Basualdo depuis la 2e guerre mondiale.

 

La magnifique salle de bal ou salon d’honneur est une interprétation du style Louis XV. La cheminée en marbre blanc, ornée de très beaux bronzes ciselés, le grand panneau central orné d’une peinture allégorique au plafond et le détail du médaillon du plafond avec des figures mythologiques méritent une mention spéciale. Sont également d’un grand intérêt les boiseries dorées décorées d’instruments de musique, les lustres et les ferronneries des portes et fenêtres : ce sont de remarquables exemples de la qualité des artisans parisiens du début du XXe siècle, tous ces éléments décoratifs ayant été importés de France. Sur la cheminée est posé le buste du Roi de France Louis XVI.

 

Le « salon chinois » est une reproduction très brillante d’une forme du style Louis XV, les motifs chinois (« les chinoiseries ») ayant servi à la décoration de nombreux palais et châteaux français au milieu du XVIIIe siècle. Ce salon, épicentre de l’édifice et point de vue privilégié vers l’extérieur et l’intérieur, est organisé en trois axes :

_ Le premier vers le petit palier carré, le hall circulaire et l’escalier d’honneur ;

_ Le deuxième vers la salle de bal, la salle de billard et la bibliothèque ;

_ Le troisième vers la salle à manger et le jardin d’hiver.

 

salon_red2-5cb40.jpg

La salle à manger est le meilleur reflet du goût anglais dans le Palais Ortiz Basualdo. Imitée de la salle à manger du Palais royal d’Oslo, elle a conservé l’intégralité de son décor et de son mobilier, inspirés du baroque anglais (XVIIe/ XVIIIe siècles). La grande table permet de recevoir 24 convives. Elle sert pour les déjeuners et dîners officiels de l’ambassade de France. Au mur, les tableaux sont des reproductions de « Nature morte » du XVIIe siècle. Sur la grande console, est posé le buste du Roi de France Henri IV (mort en 1610).

 

A l’extrémité du Palais, se trouve un vaste salon aux boiseries de style gothique (Moyen Age français – XIVe/XVe siècles). Ce salon était conçu pour servir de « Jardin d’hiver ». Sa luminosité et son sol de marbre permettaient d’y conserver plantes et arbustes. Ce salon est orné de quatre très beaux vases en porcelaine, datant du XIXe siècle et décorés de scènes de la vie de l’Empereur Napoléon Ier.

 

Publié dans Argentine

Partager cet article
Repost0

Pourquoi les Français choisissent-ils l'Argentine?

Publié le par FrançaisduMonde.adfe.conesud

Voici un intéressant article du journal Français à l'étranger.fr qui s'interroge sur les raisons poussant de nombreux Français à venir s'expatrier en Argentine.

Francophile, l’Argentine continue d’accueillir des Français attirés par une ville, Buenos Aires, très européenne, et un pays riche de promesses malgré les multiples crises qu’il traverse régulièrement.

Lire la suite:

Les Français et l'Argentine

Publié dans Argentine

Partager cet article
Repost0

Muntref: retrouver la trace de ses aïeux en Argentine

Publié le par FrançaisduMonde.adfe.conesud

 

 

Le musée de l'immigration ( Museo de la Inmigracion, ex-hotel de los inmigrantes) MUNTREF, possède une base de données permettant de retrouver la trace de migrants arrivés en Argentine entre 1882 et 1960.

Plus d'informations en cliquant le lien ci-dessous

MUNTREF

Publié dans Argentine

Partager cet article
Repost0

La Fondation d'entraide des Français d'Argentine

Publié le par FrançaisduMonde.adfe.conesud

Depuis sa création, notre section locale de Français du monde-ADFE à Buenos Aires soutient la Fondation d'entraide des Français d'Argentine et participe à ses activités.

La Fondation d’Entraide des Français en Argentine a pour mission principale d’apporter une aide sociale aux Francais d’Argentine, dont beaucoup sont des binationaux, en difficulté.
Il existe en effet, au sein de la communauté française, certains de nos compatriotes, qu’ils soient installés depuis plusieurs générations, récemment arrivés ou simplement de passage en Argentine, qui se trouvent dans des difficultés économiques critiques ou des situations de détresse sociale qui appellent à un devoir de solidarité.

Si vous désirez obtenir des renseignements sur cette fondation, devenir bénévole, cliquez sur le lien ci-dessous.

Fondation d'entraide française

 

 

Publié dans Argentine

Partager cet article
Repost0

...l'Argentine

Publié le par FrançaisduMonde.adfe.conesud

Tout ce que vous voulez savoir sur l'Argentine!

C'est à moins d'un click, ci-dessous, pour trouver toutes les informations de bases concernant l'Argentine depuis le site du ministère de l'Europe et des affaires étrangères.

http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/conseils-aux-voyageurs/conseils-par-pays/argentine/

Sources: Ministère de l'Europe et des affaires étrangères

 

Partager cet article
Repost0

1 2 > >>